A A A
Achats/ventes au detail

Pourquoi faire ça simple…

14 décembre 2010 | Léon Lemoine | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Effectivement, mon collègue blogueur Larry Bathurst a vu juste dans son dernier billet, intitulé Confusion et multiplication de « titres » dans l’industrie. Une chatte en perdrait ses chats… Avec toute cette multiplicité de titres et d’annotations, non seulement sommes-nous les plus imposés et taxés en Amérique du Nord, mais je me permets d’affirmer sans le moindre doute que nous, les CF (conseillers financiers), remportons assurément la palme des professionnels les plus « titrés » !

Mais, à l’approche des Fêtes, détendons-nous un moment. Vous êtes chez un client, et pendant que vous le conseillez au mieux de vos connaissances et de votre expertise –  ce qui lui serait le plus approprié pour sa situation –, « dring, dring, dring ». Sa conjointe tente de le joindre sur son cellulaire. Imaginez la scène. « Je m’excuse, chérie, mais j’peux pas t’parler, j’suis avec mon… « représentant de courtier en épargne collective rattaché à la firme machin chose » »… Vous avez pigé d’emblée l’ironie de ma démonstration ?

Dans les faits, la très grande majorité de nos clients nous appellent leur « conseiller financier ». Pas leur représentant en plan et bourse d’études, pas leur conseiller en sécurité financière, ni leur représentant en épargne collective…

Depuis la nuit des temps existent les métiers et professions de comptables, de médecins, de pompiers, d’avocats, d’éboueurs, de prostitués, etc… Appelons un chat un chat et un chien un chien. Nous sommes des « conseillers financiers ».

OK, j’ai oublié… Permettez-moi de me reprendre. Je voulais plutôt dire des « conseillers en finances personnelles ».  Car vous savez, ça paraît mieux… C’est ce que j’ai vu tout récemment sur la carte d’affaires d’un représentant d’une grande institution financière. Il était tout fier de me dire qu’il était CFP (conseiller en finances personnelles) et GP (gestionnaire de patrimoine). C’est à ce moment que je lui ai demandé, avec scepticisme, sa carte d’affaires, prouvant ce formidable état de fait. Et à ma grande stupéfaction, il y était vraiment écrit CFP&GP !

Pourtant,  j’ai toujours pensé – ou plutôt naïvement présumé – que nous devions absolument suivre des directives similaires et prescrites par nos autorités et que les titres « CFP ou GP » étaient interdits !…

Mais non. Je faisais fausse route durant toutes ces années. Mais j’ai découvert depuis peu qu’il y a deux types de réglementations : une très claire et limpide, et une autre des plus complexes et nébuleuses…

Mais que voulez-vous, pourquoi faire ça simple quand on peut rendre ça compliqué ? Compliqué surtout pour les clients des conseillers indépendants et autonomes. Car il est pourtant tellement plus simple de faire affaire avec un « conseiller en services financiers » ou un « gestionnaire de patrimoine » et, de surcroît, employé par une belle, grande et solide institution financière… Pourquoi se casser la tête, gardons ça simple…

Une carte photo pour les conseillers ?
Cependant, je vous avais promis des avenues de solution réaliste et concrète, en voici une première : l’AMF possède depuis peu un registre Internet des entreprises, cabinet et conseillers autorisés à exercer. Et soyons honnête (à part quelques ratés du début), celui-ci est très bien fait. Or, une chose toute simple que l’AMF pourrait faire, et ce, en continuité avec son registre, serait d’émettre un permis d’exercice, mais affiché sur une carte plastifiée avec photo, tout comme notre permis de conduire ou de notre carte de la RAMQ. Et à l’instar de celles-ci, on y retrouverait une date d’expiration, qui se terminerait avec la période de deux ans de formation continue UFC. Le logo de l’AMF y serait bien en vue, ce qui lui ferait une certaine visibilité ainsi que toutes nos différentes disciplines. Notre numéro de permis y serait également affiché. Il serait alors facile pour un client de le noter et de faire une vérification ensuite auprès de l’Autorité. Je crois qu’au prix que l’on paye nos permis et droits d’exercice, ce serait la moindre des choses d’obtenir cette confirmation de pratique professionnelle en retour.

Et dernier point pour clore le sujet de l’identification du conseiller. Il serait grandement temps que l’AMF « investigue » les pages « Jones »… Bien sûr, je parle des pages jaunes, là Earl Jones s’était affiché comme conseiller. Et ceci pourrait se faire grâce à l’Internet, en un clin d’œil. Comment ? Il faudrait simplement que le numéro de permis soit bien indiqué et bien en vue à côté de l’annonce ou de la publicité du cabinet ou du conseiller. Tout comme on retrouve quelquefois le numéro de permis en construction d’un entrepreneur. Cela devrait donc toutefois être obligatoire. Et vu que les pages jaunes doivent être renouvelées tous les ans, une certaine mise à jour pourrait se faire automatiquement. Ensuite, l’AMF aurait juste (avec l’aide du numéro affiché) à faire une vérification et une comparaison avec sa base de données. Et voilà. Il n’y aurait plus d’ambigüité et le consommateur serait ainsi en mesure de distinguer le vrai conseiller du faux. Cette mesure pourrait aider à rétablir un certain climat de confiance… Avec de la bonne volonté de la part de l’Autorité, ces deux idées toutes simples pourraient être mises en application en moins d’un an.

En terminant, je tiens grandement à vous remercier pour votre participation et vos encouragements nombreux. J’ai reçu plusieurs commentaires et réactions à la suite de la parution de mon premier billet. Commentaires en majorité très positifs, mais aussi (et je m’y attendais) un tant soit peu acerbes et négatifs. C’est ça la beauté de la libre expression dont nous jouissons…

Malheureusement, selon ces derniers, mes propos auraient manqué de hargne et de poigne, et ce, surtout à l’endroit de l’AMF. Pourtant (après vérification diligente), nul d’entre eux n’ose affirmer et signer leurs propos. Il est tellement plus facile de critiquer lorsqu’on reste dans l’ombre ou loin des projecteurs… Mais pour cette minorité, je tiens à vous dire : libre à vous de me lire ! Vous pouvez aussi réagir à mes billets et y ajouter votre grain de sel. Mais au risque de me répéter : si vous fantasmez à l’idée que je devienne votre sauveur, et que vous nourrissez cet espoir ultime que je combatte le « gros méchant loup » que serait l’AMF ou que je m’élève contre la banque ou la cie d’assurance XYZ, vous faites fausse route et serez très déçu…

Ce qui n’empêche aucunement le fait que si ces entités qui nous réglementent « abusent » de leurs pouvoirs, elles me trouveront éventuellement sur leur chemin et ce, comme j’ai pu vous le prouver par le passé. N’ayez aucune crainte et aucun doute à ce sujet. Là est toute la distinction…

Sur ce, chers collègues conseillers, permettez-moi de vous souhaiter un très joyeux temps des Fêtes et que puissent vos plus beaux rêves, en cette nouvelle année, se réaliser.

Bien à vous,

Léon

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000