A A A
Établissements

Poursuivie par une société américaine, la CIBC contre-attaque

3 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

« Les allégations de la poursuite intentée le 30 octobre par une entité contrôlée par Cerberus Capital Management sont non fondées » et la CIBC « défendra vigoureusement ses intérêts », a annoncé hier l’institution financière par voie de communiqué.

Intentée à la Cour fédérale de Manhattan, à New York, la poursuite concerne une transaction datant d’octobre 2008.

Au terme de cet accord, la CIBC avait offert « un financement avec recours limité » à la société d’investissement américaine spécialisée dans la gestion de fonds de placement afin de diminuer « de façon importante » l’exposition de la banque au marché hypothécaire résidentiel américain, explique le communiqué.

« NOUS AVONS RESPECTÉ NOS OBLIGATIONS »

À l’époque, le placement de portefeuille de Cerberus avait permis à la CIBC de réduire son risque de perte tout en préservant son potentiel de gain.

Trois ans plus tard, en 2011, elle lui avait « également vendu un droit résiduel dans les séries de paiements spécifiées ».

Depuis 2008, la banque « a respecté ses obligations, notamment en faisant 85 paiements mensuels totalisant plus de 1,24 milliard de dollars, que Cerberus a acceptés sans poser de questions », soutient l’établissement canadien.

UNE NOUVELLE INTERPRÉTATION DES FAITS

Cependant, poursuit-il, la société américaine « donne maintenant une toute nouvelle interprétation des faits en alléguant que la CIBC a manqué à ses obligations et qu’elle lui doit des paiements additionnels non précisés totalisant “au moins plusieurs centaines de millions de dollars” ».

La banque « a pleinement rempli ses obligations en ce qui concerne son entente avec Cerberus » et elle estime donc ses allégations « non fondées », conclut la CIBC.

La rédaction vous recommande :

La CIBC réduira son exposition au secteur immobilier résidentiel américain

 

Loading comments, please wait.