A A A

Poussée de l’inflation en avril

22 mai 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’indice des prix à la consommation a grimpé de 1,7 % entre avril 2007 et avril 2008, rapporte Statistique Canada. Il s’agit de la première accélération de l’indice d’ensemble observée depuis novembre 2007.

L’essence à la pompe est la grande responsable cette hausse sur 12 mois de l’indice d’ensemble. Les prix du précieux carburant a progressé de 11,6 % entre avril 2007 et avril 2008, comparativement à une hausse de 7,9 % le mois précédent.

Si l’on exclut l’essence, l’inflation a progressé de 1,3 % au cours de la période de 12 mois. Le ralentissement de la baisse des prix des automobiles constitue un deuxième facteur qui explique l’avancée inflationniste notée en avril. Certes, les prix des véhicules ont diminué en avril, mais à un rythme plus lent qu’en mars.

La variation sur 12 mois de l’indice de référence de la Banque du Canada, qui sert à surveiller la cible de maîtrise de l’inflation, a crû de 1,5 % en avril, soit une accélération par rapport à la progression de 1,3 % affichée en mars. Une plus faible pression à la baisse exercée par les véhicules automobiles a contribué à cette accélération.

Qualifiée de «légère» par les économistes du Mouvement Desjardins, cette remontée du taux d’inflation au pays pourrait aviver les craintes inflationnistes de certains investisseurs alors que les prix des aliments sur les marchés internationaux augmentent rapidement. «Il faut toutefois se rappeler que l’inflation totale ainsi que l’inflation de référence de la Banque du Canada demeurent dans la zone inférieure de la fourchette cible, et tout porte à croire qu’elles y resteront dans les prochains mois», a indiqué Benoit P. Durocher, économiste senior chez Desjardins.

Le spécialiste estime que le climat inflationniste demeure favorable à une autre réduction des taux d’intérêt directeurs au pays. De plus, les pressions haussières sur le taux des obligations fédérales pourraient rester limitées dans ce contexte d’inflation relativement faible, en particulier au sein des échéances plus courtes.

Loading comments, please wait.