A A A
Épargne

Premier trimestre tranquille pour les régimes de retraite

6 avril 2010 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le rendement stable des obligations du gouvernement du Canada et le rendement modeste de l’ensemble des portefeuilles de placements diversifiés depuis le début de l’année ont entraîné très peu de changements à la situation financière de la plupart des régimes de retraite au Canada, sur le plan de la solvabilité.

L’indice Mercer sur la santé financière des régimes de retraite a terminé le premier trimestre à 74 %, exactement au même point qu’au début de l’année 2010. « L’appréciation continue du dollar canadien a encore empêché les régimes de retraite qui n’ont pas de stratégie de couverture des devises de profiter des bons rendements des placements en actions étrangères », affirme Yvan Breton, responsable des services de consultation en gestion de placements de Mercer. Dans l’ensemble, les gains de placement obtenus par les régimes de retraite au premier trimestre ont fait augmenter l’indice d’environ 1 % ».

« L’effet des légères modifications aux estimations de coûts de souscription de rentes a fait contrepoids aux modestes gains de placement obtenus pour le trimestre; par conséquent, l’indice est resté inchangé », indique Scott Clausen, responsable professionnel du domaine Régimes de retraite, gestion des risques et finances de Mercer au Canada. « Par ailleurs, le rendement des obligations AA des sociétés a baissé d’un quart à un demi pour cent, ce qui a entraîné une hausse du passif inscrit au bilan des sociétés ».

Un portefeuille équilibré type aurait produit un rendement de 1,3 % au dernier trimestre. Ce rendement ne tient pas compte de toute incidence de la gestion active des différentes catégories d’actif.

Les actions canadiennes ont été la catégorie d’actif ayant affiché le meilleur résultat au dernier trimestre, le rendement de l’indice composé S&P/TSX s’étant établi à 3,1%.

Les secteurs les plus performants
Pour le trimestre, les secteurs les plus performants ont été les soins de santé, les services financiers, les produits de consommation discrétionnaire et le secteur industriel qui ont obtenu des résultats respectifs de 10,3 %, 8,1 % et 6,2 % (pour les deux derniers secteurs) selon les indices sectoriels S&P/TSX. Les secteurs les moins performants ont été l’énergie (-2,0 %), les biens de consommation de base (0,2 %) et les matériaux (0,3 %).

Les titres de sociétés à faible capitalisation ont connu un rendement de 4,9 % (indice petite capitalisation mixte pondéré BMO), ce qui est un résultat supérieur à celui des titres de grande capitalisation (indice S&P/TSX 60), qui s’est établi à 2,6 % pour le premier trimestre de 2010.

Les titres valeur ont largement dépassé les titres croissance, comme l’indiquent les indices valeur et croissance S&P BMI Canada, qui ont enregistré des rendements de 6,0 % et de 0,6 % respectivement.

Le rendement des obligations canadiennes, mesuré par l’indice obligataire universel DEX, s’est établi à 1,3 % au dernier trimestre. Les obligations à long terme ont obtenu le meilleur rendement, en gagnant 2,6 %, suivies des obligations à moyen terme (1,7 %) et des obligations à court terme (0,4 %). Le taux de rendement global des obligations, mesuré par l’indice obligataire universel DEX, a rebondi en mars après s’être établi à 3,02 % au cours du trimestre, pour terminer à 3,37 %, comparativement à 3,32 % au début de l’année.

L’impact du dollar canadien
La hausse du dollar canadien par rapport à la plupart des autres devises a eu une incidence générale négative sur les indices boursiers étrangers pour le premier trimestre de 2010.

Le rendement des actions internationales mesuré par l’indice MSCI EAEO en dollars canadiens a été de -2,3 % au dernier trimestre. En monnaie locale, l’indice MSCI EAEO a affiché un rendement de 4,4 % pour la même période. En dollars canadiens, le marché japonais se classe au premier rang avec un rendement de 4,8 % suivi des marchés de la région Asie-Pacifique (excluant le Japon), avec -0,2 %, tandis que les marchés européens ont connu un rendement de -4,9 %, le tout en dollars canadiens.

Aux États-Unis, l’indice S&P500 a produit un rendement de 2,0 % (en dollars canadiens) au dernier trimestre, et les titres valeur ont produit un rendement supérieur à celui des titres croissance (indice Russell 3000 valeur, 3,6 % et indice Russell 3000 croissance 1,5 %, en dollars canadiens). En dollars US, l’indice S&P500 a enregistré un rendement de 5,4 %.

Loading comments, please wait.