A A A

Produits liés à la crise financière : le MBS

28 novembre 2008 | Claude Couillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le mortgage-backed security (MBS) est en quelque sorte l’ancêtre de nombreux produits financiers et dérivés qui circulent aujourd’hui en quantités phénoménales autour de la planète. Souvent appelé titre hypothécaire en français, le MBS est né aux États-Unis au cours de la dépression des années 30. C’est d’ailleurs à cette époque qu’a été fondé un des grands vendeurs de MBS, Fannie Mae, le géant américain du crédit hypothécaire qui a abondamment défrayé la chronique cet automne.

Depuis 1938, Fannie Mae doit notamment s’assurer que les institutions financières et les autres grands prêteurs hypothécaires disposent d’assez de liquidités pour faciliter l’accès à la propriété aux États-Unis. Pour remplir cette mission, Fannie Mae et ses semblables achètent des hypothèques, surtout résidentielles. Cela permet aux institutions prêteuses de récupérer rapidement les montants des hypothèques, que les particuliers mettront 20, 25 ou 30 ans à rembourser, et de les prêter ensuite à d’autres clients. Depuis plus de 70 ans, le MBS constitue ainsi un des instruments-clés qui assurent la bonne marche du marché immobilier américain.

Les MBS au Canada et ailleurs

Chez nous, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) vend de tels titres hypothécaires depuis 1987. Jusqu’à présent, plus de 45 000 particuliers et établissements en ont acheté pour quelque 30 milliards de dollars, précise son site web. Garantis par le gouvernement fédéral, ces titres sont disponibles en tranches de 5 000 $, selon des termes allant de 6 mois à 25 ans. La durée la plus populaire est de 5 ans.

Loading comments, please wait.