A A A
Immobilier

Profits en hausse pour la SCHL

7 mai 2014 | Rémi Maillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


En 2013, les profits de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) ont atteint 1,82 milliard de dollars, soit une hausse de 7,7 % par rapport à l’exercice précédent.

Dans son rapport annuel publié lundi, l’organisme indique que les activités d’assurance prêt hypothécaire et de titrisation ont généré la plus grande partie  de son résultat net, soit 1,7 milliard.

L’encours d’assurance de la société, qui représente l’exposition globale au risque des activités d’assurance prêt hypothécaire, totalisait 557,1 milliards au 31 décembre 2013, ce qui représente environ 9 milliards de moins qu’au début de l’exercice.

La SCHL dit s’attendre à ce que cette somme diminue à 544,8 milliards cette année, ce qui serait son niveau le plus bas depuis 2010.

18 milliards versés au fédéral

De leur côté, l’actif et le passif de la société d’État ont tous deux reculé en 2013 : -7,5 % pour le premier, à 270 milliards, et -8,6 % pour le second, à 254 milliards.

Au cours des dix dernières années, la SCHL a versé un total de 18 milliards au gouvernement fédéral sous la forme de dividendes.

D’autres données montrent que les règlements d’assurance prêt hypothécaire versés pendant l’exercice ont été de 436 millions (-18 % par rapport à l’exercice précédent).

De plus, le taux de prêts hypothécaires en souffrance a poursuivi sa tendance à la baisse et s’est établi à 0,34 %, soit 0,01 point de moins qu’en 2012.

Hausses des taux

Pour resserrer le marché du prêt hypothécaire résidentiel, l’organisme a adopté en avril dernier des changements qui rendront plus difficile l’accès d’une partie de la population au financement garanti par le gouvernement.

Ainsi, à compter du 30 mai, il n’assurera plus les achats des travailleurs autonomes sans confirmation du revenu par un tiers. De même, il n’offrira plus d’assurance aux personnes souhaitant acheter une résidence secondaire.

Les hausses des taux annoncées plus tôt cette année par la société sont entrées en vigueur la semaine dernière, augmentant de 15 % en moyenne les montants qu’elle demande pour assurer un prêt hypothécaire.

Les institutions financières exigent habituellement une assurance prêt hypothécaire des acheteurs qui effectuent un versement initial de moins de 20 %. Celle-ci protège les prêteurs contre la défaillance, mais les coûts sont généralement payés par les emprunteurs.

À lire :

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques