A A A
Justice

Projet Lovaganza : l’AMF dépose 247 chefs d’accusation

5 janvier 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

conseiller_clients_425Des films tournés sur tous les continents avec l’appui de Steven Spielberg, l’amélioration des conditions de vie de tous les enfants de la terre d’ici 2035 et de tous les humains, d’ici 2050, et des rendements dix fois plus élevés que la mise… Les promesses extravagantes du projet Lovaganza font bien des sceptiques, dont l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Elle a en effet décidé d’intenter une poursuite pénale à l’encontre de six individus reliés à cette ambitieuse mission, qui aurait récolté pas moins de 2,7 M$ en financement auprès de 140 épargnants et une dizaine d’entreprises.

L’AMF a déposé 247 chefs d’accusation pour placement sans prospectus, exercice illégal de l’activité de courtier, contravention à une décision du Bureau de décision et de révision et entrave.

L’amende minimale qu’elle réclame pour l’ensemble de ces chefs atteint 886 866 $.

LES ACTEURS

Plus précisément, l’Autorité a déposé 112 chefs d’accusation à l’encontre de Mark-Éric Fortin, 72 chefs d’accusation à l’encontre de Karine Lamarre, 18 chefs à l’endroit de Mathieu Carignan, 39 chefs à l’endroit de Louise Larente, quatre chefs contre Céline Monchamp et deux chefs contre Maurice Lalonde.

Ces personnes auraient sollicité activement le public afin qu’il investisse dans le projet Lovaganza, décrit comme une production cinématographique de grande envergure pour laquelle des pourparlers avec des studios majeurs d’Hollywood seraient en cours, montre l’enquête de l’AMF.

ARNAQUE VIRALE

Par le biais des médias sociaux, du réseautage et du bouche-à-oreille, l’investissement proposé offrait un rendement variant entre deux et 10 fois le montant initial investi.

L’AMF invite toute personne détenant des informations pertinentes ou ayant été sollicitée dans le cadre de ce projet ou de tout autre projet d’investissement cinématographique proposé par les individus mentionnés à contacter rapidement son centre d’information.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques