A A A
Immobilier

Propriétés : les prix montent au Canada mais se stabilisent au Québec

1er mai 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


La capacité financière des ménages d’acquérir une propriété au pays s’est légèrement améliorée au premier trimestre, révèle l’Indice d’abordabilité Desjardins (IAD) publié hier.

En effet, même si le prix moyen des résidences a progressé au même rythme que celui des revenus après impôts, la baisse des taux hypothécaires a eu un effet positif sur l’« abordabilité », précisent les économistes du Mouvement.

Toutefois, relèvent-ils, « le marché immobilier résidentiel canadien demeure moins abordable qu’il ne l’a été en moyenne depuis 25 ans ».

Au Québec, l’IAD se situe également sous la moyenne historique, malgré l’amélioration enregistrée au cours des trois premiers mois de l’année. Contrairement au reste du pays, les prix des propriétés ainsi que les revenus des ménages y ont stagné.

Montréal donne le ton

Seul le marché de Saguenay est considéré comme abordable dans la province, précise Desjardins.

Selon l’institution financière, la plupart des autres régions métropolitaines de recensement sont à surveiller, mais la stabilité des prix, et dans certains cas les reculs, évitent qu’elles basculent en zone peu abordable. À l’exception de la région de Sherbrooke, où les revenus des ménages sont très faibles par rapport aux prix des propriétés.

Enfin, du côté de Montréal, les prix sont restés plutôt stables, « ce qui donne le ton à la moyenne provinciale ».

Conclusion de Desjardins : « L’abordabilité devrait se maintenir autour du niveau actuel d’ici à ce que les taux hypothécaires amorcent leur remontée. La période de stabilisation des ventes de propriétés se prolongera ainsi cette année, tout comme la pause observée dans les prix. »

L’Indice d’abordabilité Desjardins

Cet outil de mesure trimestriel reflète l’effet combiné de l’évolution du prix des résidences, des taux hypothécaires et du revenu disponible sur la capacité des ménages à acquérir une propriété et à en assumer les coûts.

Selon ses promoteurs, il permet d’évaluer les risques qui pèsent sur le marché de l’habitation et d’anticiper les grandes variations des prix des résidences.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques