A A A

Blogues

/

Quand l’immobilier va, tout va?

24 décembre 2012 | Commenter

Le consommateur américain peut renouer avec un certain optimisme, puisque l’immobilier se porte mieux et que les exportations sont en hausse.

Quand l’immobilier va, tout va! Cette expression est bien connue de certains investisseurs, car ils voient dans l’immobilier un des grands moteurs de croissance et un symbole de la santé économique.

Selon l’histoire économique, en Amérique du Nord, le redémarrage de la construction était considéré comme un signe de reprise économique. La construction américaine représente moins de 10 % du PNB, mais son impact sur le bilan des ménages est important, car les dépenses relatives à la résidence et à l’habitation sont prioritaires.

En examinant le prix des maisons aux États-Unis après cinq ans de déclin, on constate que 30 % de la reprise du prix a été amorcée depuis quelques mois. Une nouvelle tendance lourde se dessine chez nos voisins du sud.

Ma confiance en l’économie américaine  pour les prochaines années repose sur la vigueur des exportations qui croissant plus rapidement que les importations, ce qui annonce un autre renversement de tendance.

En jumelant cette tendance à celle de la reprise du marché immobilier, on ne peut que s’attendre à une reprise et à une consolidation de la confiance du consommateur américain.

Malheureusement, c’est tout le contraire pour le Canada où le prix des maisons a progressé de 30 % pendant la même période. Plus 30 %, moins 30 % représente un écart de 60 %. La croissance des exportations comparativement aux importations est moins visible au Canada.

Dans le cadre d’une stratégie de placement et de répartition des actifs, un investisseur boursier aurait intérêt à opter pour une répartition supérieure — ou du moins égale — des actions américaines comparativement aux actions canadiennes.

Encore une fois, les Américains nous surprennent par leur résilience.

[bigbox2]Plusieurs investisseurs sont à la chasse aux aubaines dans l’immobilier américain depuis deux ans. Il y a aussi quelques FNB américains qui achètent des titres de ce secteur.


William-André Nadeau est chroniqueur financier. Il publie aux deux semaines un billet traitant des marchés, de placements et de gestion.

 

 

 

Les opinions exprimées dans les blogues n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Conseiller.ca.
  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000