A A A

Quand on se compare, on se console

10 octobre 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Il n’y a pas qu’au Québec qu’on traîne la patte en matière de planification de la retraite. Selon un sondage mené par InvestorED.ca, dont les résultats sont rapportés par Advisor.ca, 46 % des Ontariens n’ont aucun plan d’épargne en vue de la retraite.

On note également l’absence d’un programme d’épargne-études chez 58 % des parents. Quant aux Ontariens qui souhaitent acheter une maison, 88 % d’entre eux n’ont jamais établi de plan d’épargne à cet effet.

Parmi les Ontariens qui consultent un professionnel des services financiers, 24 % ont indiqué  qu’ils posaient peu de questions. Le manque de connaissance ou de confiance en soi expliqueraient cette apparente discrétion. InvestorED.ca souligne que les conseillers devraient être vigilants vis-à-vis des clients taciturnes. Un silence peut vouloir signifier qu’ils ne comprennent pas ce qu’on leur a dit. Les conseillers doivent alors prendre les devants et interroger leurs clients afin de s’assurer qu’ils saisissent bien les messages.

En matière d’investissement, l’une des règles cardinales stipule qu’il ne fait jamais placer son argent dans quelque chose qu’on ne comprend pas. Lorsqu’un conseiller recommande une stratégie particulière, son client doit en connaître tous les tenants et aboutissants, dit InvestorED.ca. Ce dernier doit par la suite suivre l’évolution de cette stratégie et s’informer, au moins une fois par année, sur la direction que prennent ses placements. Or, l’étude d’InvestorED.ca montre que seule une petite minorité d’investisseurs discutent rendement avec leur conseiller sur une base régulière.

Loading comments, please wait.