A A A
Épargne

Quatre objectifs pour vos clients de 40 ans

28 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Vous avez des clients qui sont au seuil de la quarantaine ou qui y sont déjà? Ces conseils les aideront à y voir plus clair dans leur plan financier.

La quarantaine, c’est (déjà!) le mitan de la vie, le moment où, souvent, la carrière de vos clients est bien en selle et où les revenus sont en croissance. C’est aussi la période où, jeunes parents et heureux propriétaires qu’ils sont, ils croulent aussi sous les obligations financières.

Voici quatre choses qu’ils devraient idéalement réaliser au cours de cette décennie clé, telles que qu’énoncées par le Washington Post.

1. MAXIMISER SES CONTRIBUTIONS REER 

Ce devrait être une priorité, surtout si vos clients quadragénaires comptent parmi les quelque 50 % de Québécois, selon la Régie des rentes du Québec, qui sont dépourvus de régime d’épargne-retraite d’employeur. Idéalement, ils devraient y cotiser le maximum permis, tel que défini par l’Agence de revenu du Canada, en prévision de leurs vieux jours.

À cet égard, la quarantaine peut offrir deux avantages susceptibles de faciliter l’atteinte de cet objectif. D’une part, c’est souvent le moment où le salaire de vos clients est en hausse. D’autre part, c’est aussi un moment privilégié pour rattraper le retard et profiter des effets cumulés des rendements pendant encore deux bonnes décennies avant la retraite.

Le but est d’avoir mis de côté l’équivalent de trois fois le salaire annuel en épargne-retraite à 45 ans, et quatre fois à 50 ans, indique Andrew McFadden, un planificateur américain, qui cite des données de Fidelity Investments.

2. OFFRIR UN REEE AUX ENFANTS 

Même si certains de vos clients dans la quarantaine remboursent peut-être encore leur prêt étudiant, il peut s’avérer judicieux de suggérer la mise sur pied d’un régime enregistré d’épargne-études (REEE) pour les enfants, souvent encore en bas âge.

Grâce au généreux régime de subventions accordées aux parents, grands-parents ou autres proches qui y sont admissibles, il n’est pas nécessaire de cotiser de grandes sommes au REEE pour en bénéficier. Sans oublier que les descendants de vos clients pourront profiter de l’effet cumulé des rendements, à l’abri de l’impôt de surcroît, pendant près de deux décennies, avant de commencer à effectuer des retraits.

3. PENSER AUX PARENTS… ET À SOI

Les quadragénaires ont souvent des parents qui sont à la retraite depuis quelques années déjà. Nombre d’entre eux sont heureusement en pleine forme.

Voilà le moment idéal pour inciter vos clients à discuter avec eux de certains types de protections, comme l’assurance de soins longue durée, pendant qu’ils sont en santé et qu’ils y sont par conséquent peut-être admissibles, et bien sûr l’assurance vie, s’ils n’en ont pas.

C’est un grand service à rendre à tous que de régler ces questions à la fois sensibles et primordiales. Les parents retraités seront soulagés, car ils disposeront des services et des protections nécessaires en cas de besoin. Il en sera de même pour vos clients, qui jonglent avec les obligations professionnelles et familiales, et que l’on surnomme parfois la « génération sandwich ».

4. RÉDIGER OU REVOIR LE TESTAMENT

Même s’ils sont conjoints de fait, propriétaires et jeunes parents, nombreux sont vos clients quadragénaires susceptibles de ne pas avoir rédigé de testament.

L’absence de testament est l’une des erreurs les plus courantes en planification successorale, rappelait justement Jamie Golombek plus tôt ce mois-ci.

On en profite aussi pour vérifier s’ils possèdent un mandat en cas d’inaptitude.

Plusieurs clients de cette tranche d’âge se sont aussi peut-être séparés et ont fondé une nouvelle famille. Dans leur cas, il est temps de revoir testament et mandat.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques