A A A
Inflation

Quatre titres pour contrer les effets de la récession

19 octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

C’est connu, lorsque l’économie ralentit, comme c’est le cas au Canada, les investisseurs redécouvrent les vertus des titres dits non cycliques. En voici quatre que recommande Morningstar.

Un des secteurs les plus imperméables aux faibles taux d’intérêt, aux ralentissements économiques ou aux pirouettes boursières est celui des biens de consommation, rappelle Morningstar.

À preuve, l’Indice de consommation de base, composé en bonne partie de titres liés à l’alimentation, aux boissons et à la vente au détail, a généré en 2014 un rendement de :

  • 15,98 % aux États-Unis (en dollars américains)
  • 48,3 % au Canada

Bien que plus modestes, les résultats de 2015 s’annonçaient, le 10 octobre dernier, tout aussi intéressants :

  • 2,32 % aux États-Unis
  • 9,56 % au Canada

Dans ce contexte, Morningstar suggère les actions de quatre géants qui se distinguent dans ces secteurs non cycliques, lesquels « tendent à bien se comporter même lorsque l’économie va mal », souligne l’agence de recherche indépendante.

1- LOBLAW

 Symbole boursier  L
 Rendement prévu  1,43 %
 Ratio C/B prévu  16,7
 Cours  68,69 $ CA

Source : Morningstar (au 16 oct. 2015)

L’acquisition de Pharmaprix (Shoppers Drug Mart) devrait permettre à Loblaw, numéro un de l’alimentation de détail au pays, d’améliorer sa rentabilité, pronostique l’analyste Ken Perkins. En effet, à 8 %, les marges de la plus importante chaîne canadienne de pharmacies sont deux fois plus élevées que celles que génère Loblaw dans son ensemble.

De plus, les deux marques maison de l’entreprise (« le Choix du président » et « sans nom ») s’avèrent les plus rentables dans le secteur au Canada.

2- WALMART

 Symbole boursier  WMT
 Rendement prévu  3,29 %
 Ratio C/B prévu  12,7
 Cours  58,87 $ US

Le plus grand détaillant du monde est notamment plus actif dans le secteur, aujourd’hui incontournable, du commerce électronique et a lancé des magasins offrant des produits d’alimentation et pharmaceutiques plus petits.

L’analyste de Morningstar donne à Walmart « un grand avantage concurrentiel » et prévoit une croissance du revenu total du géant de 2 à 3 % à court et à moyen termes.

3- PROCTER & GAMBLE

 Symbole boursier  PG
 Rendement prévu  3,52 %
 Ratio C/B prévu  17,4
 Cours  74,90 $ US

Le plus grand fabricant de produits de consommation de la planète – des biens toujours nécessaires dans les foyers – réalise 60 % de son chiffre d’affaires à l’extérieur des États-Unis, dont 40 % dans les pays émergents, fait remarquer Morningstar. Et il a supprimé l’an dernier une centaine de marques moins rentables, soit la moitié de son portefeuille.

Non seulement Procter & Gamble a procuré un rendement annuel sur le capital de 11 % au cours de la dernière décennie, mais elle devrait continuer de « générer des bénéfices au-delà de son coût des capitaux au cours des 20 prochaines années », estime l’analyste, et connaître « un taux de croissance [annuel] de plus de 4 % à long terme ».

4- NESTLÉ

 Symbole boursier  NSRGY
 Rendement prévu  2,88 %
 Ratio C/B prévu  18,6
 Cours  77,50 $ US

Fondé il y a 150 ans, le groupe mondial qui perçoit les plus grands revenus dans les domaines de l’alimentation et des boissons, soit 92 G $ US par année, occupe « les meilleurs espaces en rayon, ce qui lui permet de faire payer des prix élevés pour nombre de ses produits », affirme Morningstar. Nestlé possède aussi 25 % du géant du cosmétique L’Oréal.

L’analyste Erin Lash prévoit « une croissance du revenu à long terme de 4,7 % » d’ici 10 ans, ainsi qu’au cours de cette même période, « des marges de profit nettes de 17,5 % ».

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.