A A A

Québec : pénurie de main-d’oeuvre dans moins de vingt ans

20 décembre 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

D’ici 2025, le Québec pourrait connaître une pénurie de 292 000 travailleurs et ce nombre pourrait grimper à 363 000 d’ici 2030, prétend le Conference Board du Canada dans une étude rendue publique mercredi.

« Le resserrement du marché du travail ne se fait plus uniquement sentir dans l’Ouest canadien. Le Québec enregistre lui aussi une pénurie de travailleurs dans certains métiers, et cette pénurie pourrait bien devenir plus généralisée dès 2010 », précise le groupe de pression.

À en juger par les tendances démographiques actuelles, le taux d’activité de la population active a atteint un sommet en 2007. Il amorcera ensuite une « longue et graduelle baisse ». En 2030, la pénurie de main-d’oeuvre au Québec pourrait représenter 8,5 % de la population active totale, en comparaison avec 6,2 % en Ontario.

Après 2020, la contribution de la main-d’oeuvre québécoise aux gains de production sera pratiquement nulle, « de sorte que la croissance de la production potentielle du Québec – soit la production maximale à laquelle puisse arriver une économie sans déclencher de pression inflationniste – devrait diminuer à 1,5 % d’ici 2030 », estime le Conference Board.

En deux mots, une importante pénurie de travailleurs ne serait pas soutenable à long terme et les marchés réagiraient. La pénurie en question entraînerait une « rapide augmentation des salaires réels ». Les entreprises n’auraient d’autre choix que de remplacer la main-d’oeuvre par de l’équipement, croit le Conference Board.

Aucune solution facile n’existe à la pénurie de main-d’oeuvre qui menace le Québec. Mais, dans son étude, le Conference Board propose deux approches stratégiques pour y faire face. La première consiste à accroître la productivité de la main-d’oeuvre par de meilleurs programmes de formation, un accès plus large à l’éducation et le soutien financier des investissements dans les nouvelles technologies. La seconde serait d’accroître le bassin des travailleurs en attirant davantage d’immigrants qualifiés, en simplifiant la reconnaissance des titres de compétence étrangers, en encourageant la fécondité et en favorisant une plus grande participation au marché du travail des groupes sous-employés(comme les autochtones, les travailleurs plus âgés et les femmes). « Sans doute le Québec devra-t-il agir parallèlement sur tous ces fronts », conclut le Conference Board.

Loading comments, please wait.