A A A
Justice

Radiation permanente pour Richard Langlois

8 août 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le conseiller financier Richard Langlois devra mettre fin à 20 ans de carrière pour avoir détourné à répétition des sommes considérables d’une cliente.

Le comité de discipline de la Chambre de la sécurité financière a radié de façon permanente Richard Langlois (certificat no 119135), qui a plaidé coupable aux dix chefs d’accusation portés contre lui. Au moment des faits reprochés, ce dernier exerçait ses activités à titre de conseiller en sécurité financière et conseiller en assurance et rentes collectives dans la région de Montréal.

Il a reconnu avoir détourné et s’être approprié à des fins personnelles des sommes totalisant 97 000 $, que détenait sa cliente dans son compte auprès de L’Union-Vie.

Il a également contrefait ou permis à un tiers de contrefaire la signature de cette même personne afin de s’approprier lesdites sommes, prétextant que sa cliente désirait vendre des parts de fonds.

Des infractions graves et répétées

Dans sa décision, le comité souligne « la gravité objective des infractions multiples et répétées commises par M. Langlois et l’absence d’hésitation chez ce dernier à recourir, lorsque nécessaire à ses fins, à des contrefaçons de signature ».

Le comité estime que les infractions vont à l’encontre de l’exercice de la profession et qu’elles « portent atteinte à la confiance du public envers les représentants ».

L’organisation a donc évalué que « la protection du public risquerait d’être compromise s’il était permis à M. Langlois de continuer d’exercer la profession ».

Il reconnaît ses torts

Devant le comité de discipline, Richard Langlois a dit regretter les gestes posés, qu’il attribue à des problèmes d’alcool et de jeu, peut-on lire dans la décision du comité. Affirmant être désormais sobre, il a déclaré accepter sa radiation permanente et être prêt à rembourser éventuellement sa cliente.

Rappelons que Richard Langlois a auparavant été condamné à une radiation de douze mois et à une amende de 1 000 $ par le comité de surveillance de l’Association des intermédiaires en assurance de personnes du Québec pour des fautes disciplinaires, dont la contrefaçon de signatures.

À lire aussi:
La Chambre radie Richard Langlois
Interdiction de pratique pour appropriation de fonds

Loading comments, please wait.