A A A
Justice

Radié deux ans pour de fausses dépenses

8 décembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Justice_marteau_425Un conseiller en sécurité financière de Montréal a écopé d’une radiation de deux ans pour avoir produit de fausses notes de frais, a annoncé hier la Chambre de la sécurité financière (CSF).

Parnell Adler Jacob (certificat no 152954, BDNI no 1622851) a été reconnu coupable de quatre chefs d’infraction, qui concernent tous le fait d’avoir réclamé à son employeur, à quatre reprises sur une période de six mois, le remboursement de sommes totalisant plus de 1000$ pour des dépenses qu’il n’avait pas réellement effectuées.

UN REPRÉSENTANT D’EXPÉRIENCE

Dans sa décision, le comité de discipline de la CSF soutient que les employeurs, comme le public en général, doivent pouvoir avoir confiance en l’intégrité des membres de la Chambre.

Le comité insiste sur la « gravité indéniable » des infractions commises et souligne qu’elles portent atteinte à l’image de la profession.

Par ailleurs, précise-t-il, Parnell Adler Jacob était un représentant d’expérience ayant accumulé près de huit années de pratique au moment des faits.

Enfin, il estime que « la préméditation et la répétition des gestes commis permettaient de conclure à l’existence d’une intention malhonnête chez l’intimé lors de la commission de ces infractions », et ce, même si celui-ci a reconnu les gestes reprochés dès qu’il a été confronté par son employeur et qu’il l’a ensuite remboursé.

CONDAMNÉ À PAYER

Le comité a suivi les recommandations communes des parties et a ordonné la radiation temporaire du conseiller pour une période de deux ans sous chacun des chefs d’infraction.

Il a aussi ordonné que les périodes de radiation soient purgées de façon concurrente et soient effectives à partir du 4 novembre.

Enfin, il a condamné l’intimé au paiement des déboursés.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques