A A A
Attention

Radiée pour avoir joué l’argent de ses clients

7 janvier 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

justice_balance_marteau_cour_fraude_425Une ancienne représentante en épargne collective vient d’être radiée pendant 10 ans pour s’être approprié près de 2 000 $ dans les comptes bancaires de ses clients.

Linda Boudreault (certificat no 183847, BDNI no 2420881) n’a pas nié ces accusations devant le comité de discipline de la Chambre de la sécurité financière (CSF).

Au moment des faits qui lui sont reprochés, en 2011 et en 2012, celle-ci travaillait dans une caisse populaire de Saint-Jérôme, dans les Laurentides.

Elle était notamment appelée à conseiller des personnes en matière de prêt, de marge de crédit et de placement.

PROBLÈME DE JEU

Linda Boudreault a plaidé coupable sous les trois chefs d’infraction contenus dans la plainte disciplinaire, soit d’avoir effectué des transactions et des opérations à l’insu de son conjoint de l’époque (un chef d’infraction) et de s’être approprié pour ses fins personnelles des sommes totalisant 1 785 dollars des comptes bancaires de ses clients (deux chefs).

L’intimée avait en effet ouvert un compte bancaire au nom de son conjoint sans qu’il ne le sache, dans lequel elle créditait les sommes prélevées à ses clients pour ensuite les utiliser.

Pour sa défense, la femme de 51 ans a argué qu’elle souffrait d’un problème de jeu compulsif et expliqué avoir utilisé cet argent pour jouer. Elle a également précisé qu’elle avait remboursé les montants détournés dès la réception de son chèque de paie.

En outre, elle a indiqué au comité qu’elle n’avait pas renouvelé sa certification et n’avait pas non plus l’intention, à l’avenir, de pratiquer de nouveau dans le domaine de la distribution de produits et services financiers.

FACTEURS ATTÉNUANTS

Dans sa décision, le comité de discipline a noté que l’appropriation à des fins personnelles des sommes appartenant à ses clients est « l’une des infractions les plus graves qu’un représentant puisse commettre » puisqu’« il est en effet exigé de lui qu’il fasse preuve d’intégrité ».

Toutefois, il a aussi tenu compte de plusieurs facteurs atténuants. En premier lieu, l’intimée, qui a perdu son emploi dans la profession, travaille désormais à titre de répartitrice pour une compagnie de transport et ne présente donc plus de danger pour le public.

En second lieu, elle a suivi une thérapie afin de tenter de régler son problème de jeu et a d’ailleurs indiqué que son état s’était beaucoup amélioré.

PAS D’ANTÉCÉDENTS DISCIPLINAIRES

Enfin, les sommes en jeu ne sont pas très élevées, elle les a toutes remboursées, n’a pas d’antécédents disciplinaires, a collaboré à l’enquête de la syndique et plaidé coupable à la première occasion. Lors de l’audience, elle a aussi manifesté des regrets.

Par conséquent, le comité a ordonné la radiation temporaire de l’ex-représentante pour une période de deux ans sous le premier chef et une radiation temporaire de 10 ans sous les chefs deux et trois, qui devront être purgées de façon concurrente.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques