A A A
Établissements

RBC et BMO primées à Singapour

9 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La division Gestion de patrimoine de RBC a reçu le titre de meilleure banque privée au Canada lors de la dernière remise des Global Private Banking Awards, le 4 novembre, à Singapour.

C’est la quatrième année de suite que l’institution torontoise hérite du prix dans cette catégorie.

Cette récompense « démontre que nous avons réussi à offrir à nos clients des conseils et solutions de planification de patrimoine inégalés », a déclaré Wayne Bossert, président délégué, RBC Gestion de patrimoine, par voie de communiqué.

La division de RBC, qui se classe parmi les cinq premiers gestionnaires de patrimoine du monde, a aussi décroché le prix dans la nouvelle catégorie « meilleure initiative de l’année en technologie de gestion relationnelle ».

Signalons que BMO Banque privée a remporté le prix de la banque privée la plus performante.

PRÈS DE 80 PRIX

Au total, près de 80 Global Private Banking Awards 2015 ont été remis le 4 novembre pour récompenser des géants de la gestion de fortune dans divers pays, continents ou catégories thématiques.

Parmi les grands lauréats, on retrouve :

  • UBS Wealth Management : 6 prix, dont ceux de la meilleure banque privée au monde, aux États-Unis et en Suisse, de la meilleure sur le plan technologique et de la meilleure marque mondiale.
  • BNP Paribas Wealth Management : 6 prix, dont ceux de la meilleure banque privée en Europe, en France et à Hong Kong, et de la banque privée la plus innovatrice.

Décernés depuis 2009, les Global Private Banking Awards récompensent les meilleures institutions et initiatives dans le secteur prisé de la gestion de patrimoine autour de la planète. Ils sont l’initiative conjointe de deux mensuels financiers spécialisés, Professional Wealth Management et The Banker, tous deux propriété du quotidien londonien The Financial Times.

Au nombre des critères d’évaluation des jurys, on retrouve les progrès des stratégies de croissance, le maintien de l’effectif et l’évolution de la répartition de l’actif des investisseurs.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques