A A A

RBC présente ses capacités mondiales de négociation de droits d’émission de gaz à effet de serre

21 juillet 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

RBC Marché des Capitaux a annoncé le 18 juillet ses capacités mondiales de négociation de droits d’émission de gaz à effet de serre (GES) :

1- RBC Marchés des Capitaux, adhérent compensateur multiple et teneur de marché sur les bourses mondiales, négocie à la Bourse européenne du carbone (ECX), au Marché climatique de Montréal (MCeX), au Chicago Climate Exchange (CCX), au NYMEX Green Exchange et bientôt sous le Regional Greenhouse Gas Initiative au Nord-Est des États-Unis. Le nouveau groupe de négociation des émissions de RBC agit aussi comme contrepartie dans les marchés hors cote et négocie les opérations au comptant, les opérations à terme et divers autres instruments dérivés des marchés hors cote.

2- RBC Marché des Capitaux occupe déjà une place importante en négociation des droits d’émission de GES au Canada et possède l’infrastructure qui lui permettra de s’adapter rapidement à une hausse des demandes américaine et mondiale. Le groupe chargé des contrats à terme et des métaux de base de RBC Global Prime Services fournit des services d’exécution, de compensation et de garde de certificats EU Allowances (EUA) et Certified Emission Reductions (CER) pour l’Europe et les États-Unis.

En tant que teneur de marché de la négociation des droits d’émission de GES, RBC Marchés des Capitaux assume les risques à titre de mandant, assure la liquidité du marché et facilite les opérations de couverture, selon Mike MacBain, chef, Marchés mondiaux des titres de créance pour la société. « Nous élaborons un portefeuille mondial pour ces marchés et devenons un guichet unique pour nos clients qui pratiquent la négociation des droits d’émission de GES », rapporte-t-il. Le groupe de négociation de la société exploite des bureaux à Toronto et à Londres et négocie sur des marchés aux États-Unis, au Canada et en Europe.

La négociation de droits d’émission offre aux émetteurs de GES plafonnés assez de souplesse afin de respecter leurs cibles d’émission le plus économiquement possible. Rappelons que, dans le cadre du Protocole de Kyoto, les gouvernements des pays participants fixent des plafonds annuels d’émissions de GES pour les industries de leur territoire. Si un émetteur plafonné produit moins de GES que le lui permet son allocation, le surplus devient un crédit de carbone qui peut être vendu à un autre émetteur ou sur le marché libre, ou conservé pour plus tard. Les émetteurs non plafonnés peuvent aussi participer de façon volontaire et permanente à des réductions d’émissions officiellement reconnues par une autorité de réglementation. Ces crédits de réduction des émissions peuvent aussi se négocier sur le marché libre. Un crédit de carbone correspond à une tonne en moins de CO2.

L’engagement de RBC en matière d’environnement
En plus d’aider ses clients à gérer leurs émissions de GES, RBC s’est classé parmi les 100 sociétés les plus vertes au monde dans le cadre du palmarès Global 100 d’Innovest Strategic Advisors, quatre ans d’affilée. Par ailleurs, RBC parraine le Carbon Disclosure Project (CDP) depuis 2003 et a été reconnue comme chef de file canadien en matière de communication de renseignements sur les défis posés par les changements climatiques (Climate Disclosure Leader) par le CDP et le Conference Board du Canada.

Loading comments, please wait.