A A A
Affaires

Réactions positives au label d’éthique professionnelle du RICIFQ

12 juin 2012 | Anaïs Chabot | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le Regroupement indépendant des conseillers de l’industrie financière (RICIFQ) a annoncé plus tôt cette semaine le lancement d’un nouveau label d’éthique professionnelle. Il ne s’agit pas d’un nouveau titre professionnel, mais plutôt d’une attestation, précise le vice-président du RICIFQ, Léon Lemoine.

Les réactions sont assez positives dans l’industrie, et surtout auprès des firmes indépendantes.

Le président de Force financière Excel, James McMahon, a annoncé qu’il appuyait officiellement le projet de label d’éthique professionnelle et qu’il suggérait à tous ses conseillers, qui sont environ 2000, de joindre les rangs du RICIFQ et de suivre cette nouvelle formation en conformité. Pour lui, cette formation permet de « redorer le blason des conseillers, surtout des conseillers indépendants. Je pense que que cette accréditation sera reconnue par le public et que cela permettra d’augmenter leur confiance en les conseillers», a-t-il expliqué à Conseiller.ca.

S’il a accepté, c’est aussi parce qu’il croit que l’industrie des firmes indépendantes se doit de soutenir le RICIFQ, parce que la mission du Regroupement est de soutenir les conseillers. C’est pourquoi il y aura une campagne de publicité auprès des conseillers de Force financière Excel, afin que les conseillers qui ne sont pas déjà membres du RICIFQ y adhèrent. Force financière Excel n’aura pas, ou presque pas, à faire de réorganisation d’horaires  pour permettre à ses conseillers de suivre cette formation, puisque des heures sont déjà prévues afin qu’ils suivent des cours de conformité. « Peut-être qu’on devra prévoir quelques heures supplémentaires, mais rien de trop dramatique », ajoute M. McMahon.

Le président de Mica Cabinets de services financiers, Gino Savard, appuie aussi l’initiative, se disant toujours intéressé à améliorer l’image de la profession. Même s’il affirme ne pas avoir pris connaissance du contenu des cours qui seront dispensés par Michel Mailloux, il serait prêt à les recommander à ses conseillers, puisque « toute formation supplémentaire est toujours la bienvenue ». Il ne croit pas que ce soit le genre d’initiative qui pourrait créer de la confusion auprès du public, mais il offre une mise en garde. « Il ne faut pas rendre négatif quelque chose qui est très positif. Il est facile de mêler le public et il faudra faire attention. »

Léon Lemoine, vice-président du RICIFQ

Devenir membre du RICIFQ
Les conseillers qui seront intéressés à obtenir cette attestation devront devenir membres du RICIFQ, ce qui fera certainement grossir les rangs du Regroupement, qui compte actuellement environ 600 membres.

« On espère avoir 2000 membres d’ici la fin de l’année. Souvent, les conseillers se demandent pourquoi ils devraient adhérer au RICIFQ. Nous avons enfin un projet concret à leur présenter et on espère que cela permettra d’attirer plus de membres », dit Léon Lemoine.

Contrairement à ce qu’on peut penser, cette formation n’est pas seulement offerte aux conseillers indépendants. « Notre seul critère, pour être membre du RICIFQ ou pour faire cette formation, est que le conseiller soit reconnu et qu’il ait son permis auprès de l’AMF. Les gens ont tendance à croire que le RICIFQ est destiné aux clients indépendants. C’est certain que ce sont ces derniers qui se sentent plus concernés par notre mission. Mais nous sommes ouverts à tous. »

Un projet longuement étudié
Cela fait près d’un an que le RICIFQ travaille à ce label. « C’était un projet d’envergure, explique Léon Lemoine. Il fallait réunir des acteurs qui avaient fait leurs preuves. » Ces acteurs dont parle Léon Lemoine sont le spécialiste de la conformité Michel Mailloux et l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQÀM. « Nous voulions mettre en place une formation où l’on était assuré que la matière avait bien été assimilée, pas juste une formation où les conseillers signent un acte de présence à la fin. » D’où l’implication de l’ESG, qui sera responsable de préparer et de corriger l’examen de niveau universitaire que les conseillers devront réussir pour obtenir le label d’éthique professionnelle. C’est donc Michel Mailloux qui sera responsable de donner cette formation, où les conseillers pourront obtenir leurs 10 UFC en conformité.

« Michel est la référence en matière de conformité au Québec. Il a refait ses cours, il en a rehaussé la qualité et les cours sont désormais les plus avancés de l’industrie. De plus, avec l’implication de ESG qui prépare et corrige les examens, la formation est haut de gamme », ajoute-t-il.

Le RICIFQ n’a pas voulu attendre après l’Autorité des marchés financiers (AMF) ou la Chambre de la sécurité financière (CSF) et dit agir pour protéger le public. « Ce label va aider le public à se retrouver, lui qui ne sait plus à quel saint se vouer avec tous les scandales financiers qui font la une des journaux. On veut les aider à faire un choix éclairé », précise Léon Lemoine.

Une fois les cours suivis et l’examen passé, l’ESG transmettra au RICIFQ la liste des candidats qui ont réussi. Le RICIFQ leur remettra un diplôme ainsi qu’une carte de membre distincte, avec le logo du label d’éthique professionnelle. De plus, les conseillers qui suivront cette formation obtiendront un rabais de 5 % sur leur assurance responsabilité, grâce à un accord entre le RICIFQ et la Turquoise. Des rabais seront également accordés sur les livres.

 

Loading comments, please wait.