A A A
Épargne

Recul de l’endettement des Canadiens

5 juin 2013 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les Canadiens commencent-ils à faire preuve de discipline budgétaire? En tout cas, ils sont de plus en plus prudents avant de faire des achats financés par de la dette, révèle une étude la firme TransUnion.

L’agence de renseignement de crédit constate que la dette moyenne des ménages canadiens a fléchi de 2 % entre le dernier trimestre de 2012 et le premier trimestre de 2013. Excluant l’hypothèque, cette dette s’établit maintenant à 26 935 $ par habitant.

La dette totale des Canadiens demeure 3,5 % plus élevé qu’il y a un an, mais cette baisse trimestrielle est la première à survenir depuis la fin de 2011. C’est aussi le plus important recul observé depuis que TransUnion a commencé à recueillir ces données, en 2004.

À lire : Les propriétaires sont moins endettés

Bien que la diminution soit significative, TransUnion croit qu’il est trop tôt pour y voir une tendance lourde. L’entreprise fait remarquer que le déclin de 2011 avait été rapidement suivi d’augmentations subites en 2012.

Selon TransUnion, un Canadien paie en moyenne 1 398 $ en intérêts chaque année sur sa marge de crédit. Cependant, si les taux d’intérêt augmentaient d’un seul point de pourcentage, la facture gonflerait de 350 $. Elle serait 699 $ plus élevée si la hausse était de deux points.

Cette étude de TransUnion corrobore celle qu’a publiée Equifax Canada en avril dernier. Comparativement à 2012, écrivait alors le concurrent de TransUnion, un nombre croissant de Canadiens réglaient leurs dettes de consommation en trois mois ou moins, réduisant ainsi leurs frais de crédit.

Les retards de 90 jours sur tous les produits de crédit (excluant les hypothèques) avaient baissé de 13 % par rapport à la même période en 2012 pour atteindre un taux modéré 1,2 %. Pour Equifax Canada, c’était «un creux de tous les temps». Ce taux était de 1,8 % au plus fort de la récession, soulignait-elle.

À lire : Cartes de crédit surchargées : comment intervenir?

Loading comments, please wait.