A A A
Affaires

REER : 4 Canadiens sur 10 ont cotisé

4 mars 2011 | Dominique Lamy | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

tirelire_cochon_budget_argent_425Un sondage réalisé pour BMO dévoile que 39 % des Canadiens ont cotisé à leur REER cette année.

L’étude effectuée par la firme Léger Marketing du 21 au 24 février dernier auprès d’un échantillon composé de 1502 Canadiens d’âge adulte confirme également que 65 % des cotisants prévoient réinvestir leur remboursement d’impôt dans un REER ou dans un CELI, ou s’en servir pour rembourser leurs dettes.

Ainsi, quatre Canadiens sur dix ont cotisé à leur REER ou prévoyaient le faire avant la date butoir, une proportion similaire à celle de l’année dernière alors que 38 % des répondants avaient cotisé à un REER au titre de l’année 2009.

Le montant moyen de cotisation a été de 4 700 $ pour l’année fiscale 2010 et l’une des tendances observées démontre que plus les cotisants sont âgés, plus le montant de leurs cotisations REER fut élevé.

« Nous sommes très surpris de constater que le nombre de Canadiens ayant cotisé à un REER n’a pas augmenté cette année, particulièrement quand on pense à la vigueur qu’a retrouvée notre économie », a déclaré par voie de communiqué Caroline Dabu, vice-présidente, Stratégies de planification financière et de retraite, BMO Groupe financier.

Parmi les principales raisons soulevées, les répondants n’ayant pas cotisé à un REER avant la date limite du 1er mars ont invoqué le manque de fonds disponibles (67 %), un montant d’épargne déjà suffisant pour se permettre un style de vie idéal au moment de la retraite (14 %) et finalement, un manque de confiance envers les marchés (6 %).

Dans un autre ordre d’idées, les Canadiens qui ont cotisé à un REER et qui attendent un remboursement d’impôt prévoient utiliser les liquidités générées pour investir dans un REER ou un CELI (33 %), payer des factures ou rembourser le solde de leurs cartes de crédit (32 %) et effectuer des rénovations domiciliaires ou assumer des dépenses reliées à la résidence (11 %).

La marge d’erreur du dit sondage est de ±2,5 %, 19 fois sur 20.

Consultez notre dossier REER.

Loading comments, please wait.