A A A
Justice

Refuser de comparaître peut coûter cher

26 juin 2012 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les choses ne s’améliorent pas pour le pseudo-conseiller Sam Grinfeld. L’Autorité des marchés financiers (AMF) le poursuit pour refus de comparaître devant l’un de ses enquêteurs. Il est passible d’une amende de 4000 $.

Cette procédure est liée à une affaire qui se déroule en Ontario, où Sam Grinfeld est considéré comme un témoin important par la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario. C’est à la demande de celle-ci que l’AMF a convoqué Sam Grinfeld, qui lui a fait faux bond.

Dans un autre dossier, au Québec cette fois, Sam Grinfeld a écopé de 27 000 $ d’amendes en mai dernier pour exercice illégal de l’activité de courtier, aide à un placement illégal et représentations fausses et trompeuses auprès d’un investisseur.

Avec l’aide de Sebouh Melkonian, un autre conseiller de carnaval, Grinfeld exploitait la maison de courtage J.G. Frostt Corporate Finance Management, qui n’était inscrite sous aucun titre à l’AMF.

Sam Grinfeld et Sebouh Melkonian avaient approché une entreprise de Laval qui était à la recherche de financement. Ils lui ont fait miroiter la possibilité de recueillir 700 000 $ en investissement public par l’entremise de la bourse américaine « Pink Sheets ». Ils ont convaincu des investisseurs d’acheter des actions de cette entreprise. Les placements ont fait chou blanc. Une vingtaine d’investisseurs ont perdu environ 120 000 $. Quant à l’entreprise, elle a été contrainte de déclarer faillite à la suite de l’échec de ce financement bidon.

Dans cette histoire, Sebouh Melkonian a été condamné à des amendes totalisant 127 000 $.

Loading comments, please wait.