A A A
Affaires

4 erreurs des propriétaires de PME

4 avril 2012 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Vous avez des clients propriétaires de PME? Il y a fort à parier que la majorité d’entre eux n’ont pas encore préparé de plan de relève, indique une étude de BMO.

Or, s’ils attendent à la dernière minute avant de s’y mettre, ils risquent de commettre des erreurs coûteuses à tous les points de vue.

« Au moment d’amorcer le processus de planification de la relève, certains éléments jouent toujours un rôle considérable, comme les émotions, les contraintes de temps et les conflits qui surgissent entre les membres de la famille. En revanche, s’il est bien mené, le processus de transition d’une entreprise peut réussir et se conclure à la satisfaction de toutes les parties prenantes », note BMO.

Où le bât de la planification blesse-t-il? Principalement à quatre endroits.

1. Sous-estimation du temps. Nombre de familles qui entreprennent la planification de la relève dans leur entreprise sous-estiment souvent le délai requis pour élaborer un plan exhaustif. « Par mesure de prudence, il vaut mieux prévoir amplement de temps pour préparer, évaluer, formuler la stratégie et exécuter un plan de relève qui permettra d’atteindre les objectifs des membres de la famille et de l’entreprise », souligne BMO. Une planification inadéquate risque d’entraîner des répercussions nuisibles pour l’entreprise. Idéalement, un plan devrait être adopté cinq ans d’avance, trois ans d’avance à tout le moins.

2. Manque de communication. Souvent source première de conflits dans la planification de la relève, le manque de communication peut mener à des divergences d’opinions et d’objectifs au sein de la famille en ce qui a trait à l’avenir de l’entreprise. Une communication ouverte et honnête entre ses membres est donc essentielle; l’établissement de politiques de communication formelles, comme la tenue de réunions d’affaires régulières en famille, peut s’avérer particulièrement utile à cet égard.

3. Évitement des conflits. La crainte et l’évitement des conflits constituent souvent une entrave majeure à la réussite d’un plan de relève. Lorsque des changements sont apportés à un plan de relève, il est normal que des tensions et des conflits surgissent au sein de la famille. « Il importe de comprendre que les conflits sont inévitables; plutôt que de les éviter, les propriétaires d’entreprise doivent apprendre à les gérer. Un conflit bien géré peut connaître des résultats très positifs », estime BMO.

4. Manque d’équilibre. Un plan de relève mal équilibré peut souvent constituer un défi pour la famille et l’avenir de l’entreprise. Les questions émotives et les conflits familiaux amènent souvent les propriétaires de PME à remettre l’élaboration d’un plan de relève à plus tard. Il importe de préserver l’harmonie familiale avant, pendant et après le transfert du leadership pour assurer le bien-être de la famille à long terme.

À l’intention des propriétaires de PME qui doivent planifier la relève de leur entreprise, BMO propose le livre L’expérience de la transition – Ce que tout propriétaire d’une entreprise familiale au Canada devrait connaître sur la planification de la relève. Cet ouvrage explique en détail les quatre erreurs que nous venons de décrire et comment il est possible de les éviter.

Pour en commander exemplaire gratuit que vous pouvez remettre à l’un de vos clients, cliquez ici.

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000