A A A
Argent

Résolutions pratiques pour une heureuse année fiscale

14 janvier 2013 | Michelle Munro | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le Nouvel An est traditionnellement un temps de vœux pieux et de résolutions qui semblent momentanément importantes, mais qui peuvent bien vite sombrer dans l’oubli. Toutefois, pour les conseillers en placements, le passage à la nouvelle année a une signification plus tangible : c’est l’occasion de procurer aux clients de précieuses recommandations en matière de fiscalité. Quels conseils pratiques sont les plus susceptibles d’aider vos clients à se concentrer sur les occasions d’épargner de l’impôt et à comprendre les choix qui s’offrent à eux? Personne n’est mieux placé que vous, leur conseiller, pour les guider dans ces choix.

Évidemment, tout commence par un plan financier réaliste. Vos clients travaillent ardemment pour leur argent; il est donc primordial qu’ils établissent un plan afin de préserver et de faire fructifier leurs avoirs. Il s’agit là d’un principe fondamental non négociable du succès financier à long terme. Dans cette optique, j’aimerais vous suggérer neuf conseils bien précis qui pourraient rendre service à vos clients en 2013. Certains sont simples, d’autres demandent des réflexions d’experts, mais tous peuvent aider vos clients à se rapprocher de leurs objectifs financiers à long terme.

Michelle Munro

Pour les particuliers

1. Remboursez vos dettes
Ce principe semble aller de soi, mais on ne compte plus les histoires relatées par les médias au sujet de la difficulté des Canadiens à contrôler leur endettement. Faites preuve de jugement en rappelant à vos clients de le faire, et ils vous en seront ultérieurement reconnaissants. L’important est qu’ils devraient d’abord rembourser les dettes non déductibles ou qui comportent un taux d’intérêt élevé.

2. Dépensez intelligemment
À mes yeux, l’art de dépenser relève, dans des proportions égales, du bon sens et de la discipline. Un bon exemple est de suggérer à vos clients de payer leurs factures par prélèvements automatiques. De cette façon, ils évitent les frais de retard occasionnés par un simple oubli. Par ailleurs, la croissance exponentielle des sites d’aubaines en ligne est parvenue à convaincre plusieurs consommateurs que des économies peuvent être réalisées sur presque tout. Mais il n’y a en fait aucune économie si vos clients se procurent ainsi des objets dont ils n’ont pas besoin et ne se serviront pas.

3. Épargnez judicieusement
C’est bien beau de mettre de côté une somme fixe tous les mois et ça serait formidable d’accroître ce montant de temps à autre. Mais en toute honnêteté, plusieurs clients ne peuvent tout simplement pas augmenter la somme qu’ils économisent. Il leur serait plus utile de concentrer leurs efforts sur l’allocation de l’argent qu’ils épargnent. Vous pouvez les questionner afin de savoir si les fonds qu’ils répartissent dans des REER, des REEE et des CELI favorisent réellement l’atteinte de leurs objectifs financiers à long terme de façon fiscalement avantageuse. S’ils ont maximisé leurs droits de cotisation à ces comptes enregistrés, envisagent-ils le recours à un compte non enregistré pour accroître leurs économies? Procèdent-ils régulièrement à une réévaluation de la composition de l’actif de chacun de leurs comptes afin de s’assurer que leurs objectifs en matière de fiscalité et de placement sont respectés?

Pour les propriétaires d’entreprises et les entrepreneurs

1. Versez une rémunération fiscalement avantageuse
Les propriétaires d’entreprises devraient être encouragés à choisir la méthode la plus fiscalement avantageuse pour se rémunérer. Il peut s’agir d’une ou de plusieurs méthodes parmi les suivantes, selon le portrait fiscal de la personne en cause : salaire, prime et dividendes. Le salaire, par exemple, offre une réduction d’impôt à l’entreprise. Il est considéré comme un revenu ordinaire aux mains du propriétaire et est imposé au taux marginal de ce dernier. La prime est une autre option. À l’instar du salaire, elle réduit le revenu de l’entreprise et est généralement utilisée afin que celle-ci puisse se prévaloir du taux d’imposition préférentiel accordé aux petites entreprises. Les primes sont imposées dans les mains du propriétaire à titre de revenu ordinaire, au taux marginal approprié.

Les propriétaires d’entreprises devraient également tirer des revenus au moyen d’une combinaison de trois types de dividendes. Il y a d’abord les dividendes « non admissibles » qui peuvent être émis par des sociétés, généralement celles qui sont imposées au taux des petites entreprises et qui ne sont pas admissibles au crédit d’impôt bonifié pour les dividendes. De même, il y a les dividendes admissibles qui donnent droit au crédit bonifié, ce qui peut se traduire par un taux d’imposition personnel préférentiel. Finalement, il y a les dividendes en capital basés sur la portion non imposable des gains en capital réalisés à l’intérieur de la société. Ceux-ci sont les plus avantageux pour vos clients, puisqu’ils sont non imposables. Bien entendu, les propriétaires d’entreprises ont tout intérêt à chercher conseils auprès de professionnels avant d’avoir recours à l’une ou l’autre de ces options, mais, en tant que conseiller, vous pouvez les aider en leur présentant les choix dont ils disposent.

2. Fractionnez votre revenu
Les clients qui embauchent leur conjoint ou leur enfant dans l’entreprise pourraient être en mesure de bénéficier du fractionnement de revenu. En effet, en transférant une portion de leur revenu à un membre de la famille se trouvant dans une fourchette d’imposition inférieure, ils peuvent réduire leur facture d’impôt combinée. La rémunération versée au membre de la famille doit toutefois être raisonnable, compte tenu du travail effectué en contrepartie.

3. Investissez de manière fiscalement efficace
Chaque entreprise peut avoir recours à des investissements en capital, surtout si elle démarre et profite d’une croissance rapide. Dans plusieurs cas, les investissements seront appuyés par des fonds empruntés. Vos clients devraient cependant savoir que la façon dont ils empruntent entraîne différentes conséquences fiscales. Lorsque le prêt sert aux fins d’affaires, les intérêts sont habituellement déductibles d’impôt. Or, ce n’est pas le cas des prêts personnels. Il faut donc retenir que les propriétaires d’entreprises qui empruntent devraient le faire par affaire, et non pour des motifs personnels.

Pour tout un chacun

1. Offrez des dons de bienfaisance
Il est bien d’effectuer des dons de bienfaisance en argent, mais vos clients devraient savoir qu’ils peuvent également offrir des actions ou des parts de fonds communs de placement. L’avantage est que la portion imposable de tout gain en capital réalisé sur les actions ou les parts données peut être réduite à zéro. Au moment du don, vos clients sont donc exemptés de tout impôt sur les gains en capital des titres offerts.

2. Faites preuve d’organisation
L’un des plus vieux conseils que vous pouvez offrir à vos clients d’un point de vue pratique est d’être organisé dans leurs finances. En d’autres termes, cela signifie avoir recours à un système de classement simple, leur permettant de conserver tous leurs reçus d’impôts dans un seul endroit, par exemple, et de le maintenir à jour. Pour ma part, je les classe avec ma copie de déclaration de l’année précédente. C’est élémentaire, et ça m’épargne du temps.

3. Soyez informés
Il ne fait aucun doute que vos clients sont prédisposés à écouter vos conseils et ceux d’autres spécialistes en placements. Cela ne devrait pas pour autant freiner leur motivation à parfaire leurs connaissances du domaine financier. Les notions qu’ils acquerront sur des sujets comme les déductions et les crédits d’impôt ne leur seront que profitables.

Votre résolution
Il y a évidemment une foule d’autres renseignements que vous pouvez fournir à vos clients pour démarrer la nouvelle année du bon pied. Là où je veux en venir, c’est que peu importe les conseils que vous leur prodiguez, vous devriez vous faire un devoir d’aider vos clients à devenir fiscalement sensés. C’est une résolution qui vaut la peine d’être tenue.


Michelle Munro est directrice principale, Planification fiscale, auprès Fidelity Investments Canada.

Loading comments, please wait.