A A A

Résultats Morningstar : Les fonds canadiens de PME en ressources naturelles finissent bien une année 2007 volatile

4 janvier 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les fonds communs de placement canadiens axés sur les ressources naturelles ont connu une autre année tumultueuse en 2007, avec des résultats mensuels qui se sont souvent retrouvés soit au sommet, soit tout en bas des classements de rendements Morningstar. Malgré tout, l’Indice de fonds Morningstar Actions ressources naturelles a gagné 3,7 % en décembre, selon les données préliminaires de Morningstar Canada.

Cette montée soudaine en fin d’année a permis à l’indice de fonds de finir 2007 en hausse de 13,1 %. Bien que ce soit son pire rendement annuel depuis 2001, c’est le quatrième meilleur des 42 indices de fonds Morningstar Canada pour 2007. « La demande en énergie est restée prononcée cette année, faisant passer le prix du baril de pétrole près du seuil des 100 $US, après avoir commencé 2007 en dessous de 52 $US », soutient Philip Lee, analyste de fonds chez Morningstar Canada.

La tendance était fortement haussière en début d’année, mais dès que la crise du crédit et de la liquidité a pris de l’ampleur aux États-Unis, les cours pétroliers ont chuté de façon significative. « On craignait de plus en plus que cette situation fragilise davantage l’économie américaine et puisse la plonger dans une récession qui aurait pu se répandre au reste du monde, ce qui aurait immanquablement créé un scénario baissier pour le secteur énergétique, explique M. Lee. Vers la fin de l’année, le prix du pétrole est monté en flèche après que l’Iran a annoncé qu’il compte entreprendre la construction de son premier réacteur nucléaire en 2008. De même, la décision de l’OPEP de laisser inchangés les quotas de production, ainsi qu’un horizon chargé de tensions géopolitiques au Pakistan suite à l’assassinat de l’ancienne première ministre Benazir Bhutto ont aidé à soutenir le cours du pétrole. »

Bénéficiant aussi du secteur des ressources naturelles fort, les indices de fonds Actions PME en majorité canadiennes et Actions de PME canadiennes ont engrangé 5,7 % (le meilleur résultat de tous les indices de fonds) et 2,5 % (troisième meilleur) respectivement, lors du mois de décembre. En moyenne, approximativement la moitié des actifs des fonds de ces catégories proviennent des secteurs de l’énergie et des matériaux. Pour l’année complète, l’Indice de fonds Actions PME en majorité canadiennes a grimpé de 14,2 %, et l’Indice Actions de PME canadiennes a pris 5,7 %.

La montée prodigieuse du huard par rapport à la plupart des devises mondiales majeures, en particulier le dollar américain, a fait couler beaucoup d’encre en 2007. Il a commencé l’année en-dessous des 86 cents et l’a terminée à 1,01 $US, une hausse de 18 %. Cette envolée a eu un impact significatif sur le rendement des fonds d’actions américaines sans couverture quant à leur participation aux devises étrangères. L’Indice de fonds Morningstar Actions américaines, calculé en dollars canadiens, a reculé de 10,7 % en 2007 malgré le gain de l’Indice S&P 500 de 5,5 % sur l’année lorsque exprimée en dollars américains. En outre, l’Indice de fonds Morningstar Actions de PME américaines a chuté de 10 % tandis que l’Indice Russel 2000 – qui calcule le rendement du marché américain à petite capitalisation – ne perdait que 1,5 %.

« La baisse du marché immobilier américain ne semble pas encore avoir atteint son niveau le plus bas, et les préoccupations sur le crédit ainsi que la possibilité persistante d’une récession qui en résultent ont nui à la valeur du billet vert », note M. Lee. Selon lui, même si une baisse de l’économie américaine pourrait mener à « un tassement du huard », la croissance économique et la demande énergétique vigoureuses en Chine, en Inde et dans d’autres économies émergentes semblent avoir contré le mouvement. Par ailleurs, le déclin du dollar américain par rapport aux devises mondiales et l’instabilité géopolitique au Pakistan ont relancé la demande d’or. Puisque le Canada en a à profusion et que les investisseurs étrangers se sont précipités sur les actions liées à l’or, la demande pour le huard augmente.

La force du huard a affecté beaucoup plus que les fonds d’actions américaines. Elle a fortement influencé le mauvais rendement de la plupart des indices de fonds d’actions étrangères. L’Indice de fonds Morningstar Actions internationales a perdu 6,6 % pour l’année, tandis que l’Indice Actions mondiales a chuté de 6,4 % et l’Indice Actions européennes de 4,8 %. Ceci s’est produit bien que la plupart des marchés boursiers internationaux aient fini l’année avec des rendements positifs en termes de devises locales.

Même si le dollar canadien a aussi enregistré des gains substantiels par rapport aux devises des pays asiatiques (à l’exception du Japon), ces derniers ont connu de tels rendements boursiers que ça s’est beaucoup moins remarqué. En Chine, l’Indice composé de Shanghai s’est catapulté de 96,7 % pour l’année, alors que les indices des marchés boursiers de Hong Kong et de la Corée ont connu une ascension de plus de 30 %. L’Indice de fonds Morningstar Actions Asie/Pacifique excluant le Japon a grimpé de 16,3 % en 2007, prenant ainsi la pole position de tous les autres indices de fonds.

Les actions asiatiques représentent également près de la moitié de l’actif des fonds de la catégorie Marchés Emergents, dont l’indice a enregistré le second meilleur rendement en 2007 avec 16,1 %. D’ailleurs, le Brésil a aussi fortement contribué à cet indice de fonds, son indice boursier principal BOVESPA gagnant 43,6 % pour l’année et le réal brésilien étant une des rares devises mondiales à s’être valorisée (+1,7 %) par rapport au dollar canadien.

L’Indice de fonds Morningstar Actions japonaises a été un des Indices de  fonds Morningstar Canada au pire rendement, en recul de 21,9 %, à cause de mauvais rendements boursiers et de dépréciations de la devise. L’Indice Actions japonaises a également affiché le pire rendement pour décembre, en déclin de 5,5 %.

Loading comments, please wait.