A A A
Épargne

Retraite : dur, dur de conserver son niveau de vie

1er mars 2013

  • envoyer
  • imprimer

Près d’un travailleur québécois sur deux (46 %) verra son niveau de vie diminuer quand il prendra sa retraite, indique un sondage de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (OCRHA).

Les travailleurs les moins nantis, c’est-à-dire ceux dont le revenu familial est de 60 000 $ ou moins par année, seront le plus affectés. En effet, plus de 55 % de ces personnes ont dit qu’elles ne seront pas en mesure de maintenir leur niveau de vie une fois qu’elles auront quitté le marché du travail.

Le sondage révèle également que 35 % des travailleurs ne mettent pas un sou de côté en prévision de leur retraite. Cette statistique est encore plus inquiétante chez ceux dont le revenu familial annuel est de moins de 40 000 $ : 54 % affirment ne pas épargner en vue de leur retraite.

Toutefois, un nouveau facteur pourrait encourager davantage de travailleurs à épargner. Près de 85 % des participants affirment qu’ils cotiseraient à un régime de retraite si leur employeur leur en offrait la possibilité. « Cela est de bon augure pour le projet des régimes volontaires d’épargne retraite (RVER) qui devrait renaître de ses cendres au cours du printemps », a commenté Florent Francoeur, président-directeur général de l’OCRHA.

Si une majorité de travailleurs entrevoient leur situation financière lors de leur retraite d’un œil plutôt pessimiste, les jeunes travailleurs âgés entre 18 à 34 ans sont les plus optimistes.

En effet, plus de 30 % d’entre eux considèrent qu’ils arriveront à maintenir leur niveau de vie quand le moment de la retraite sera venu. Ils sont d’ailleurs 60 % à indiquer qu’ils épargnent actuellement en vue de leur retraite. Quant à savoir s’ils participeraient à un régime de retraite offert par leur employeur, huit jeunes travailleurs sur dix affirment que oui.

Loading comments, please wait.