A A A

Rocco Di Stefano devra répondre à 46 chefs d’accusation

7 février 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient de déposer 46 chefs d’accusation contre le conseiller Rocco Di Stefano. Elle réclame des amendes totalisant 414 000 $. C’est trois fois plus que le minimum prévu par la loi.

Rocco Di Stefano aurait aidé les sociétés Eurovision Financial Services, Vision Management Services et Zema Finances à procéder au placement d’une forme d’investissement assujettie à la Loi sur les valeurs mobilières, sans qu’elles aient un prospectus visé par l’AMF

En outre, Rocco Di Stefano aurait agi à titre de conseiller en valeurs sans être inscrit auprès de l’AMF.

Le profil de Rocco Di Stefano a de quoi susciter l’inquiétude. En effet, il profite du fait qu’il a déjà été pasteur pour solliciter des investisseurs, à qui il vend des placements prétendument sûrs. Les consommateurs sont invités à libeller leurs chèques à son nom.

Rocco Di Stefano aurait utilisé son statut de représentant en assurances pour contacter les veuves des assurés et leur offrir d’investir leur montant d’assurance dans Zema Finances. Plusieurs millions de dollars seraient en jeu. Selon l’AMF, un investisseur n’aurait pas pu récupérer son investissement.

L’AMF n’est pas la seule à s’intéresser à cet individu. À la suite d’une plainte, le comité de discipline de la Chambre de la sécurité financière tiendra des audiences à son sujet les 27, 28 et 31 mars 2008 ainsi que le 3 avril.

La plainte en question reproche à Di Stefano d’avoir fourni des informations trompeuses, de ne pas avoir respecté le profil d’investisseur, d’avoir mal exécuté un mandat et d’avoir exercé des activités dans des disciplines sans détenir le certificat requis.

Loading comments, please wait.