A A A
Économie

Sacrifiée, la génération sandwich?

1er novembre 2011 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Vos clients qui doivent s’occuper de leurs enfants et de leurs parents vieillissants tirent le diable par la queue? Mince consolation : ils ne sont pas seuls dans cette situation, malheureusement.

En effet, un récent sondage mené par Credit Canada et Capital One Canada indique que quatre Canadiens sur dix (39 %) de la « génération sandwich » ne sont pas sûrs de pouvoir payer les études de leurs enfants parce qu’ils soutiennent financièrement leurs parents. Pour régler ce problème financier potentiel, 40 % de ces Canadiens affirment qu’ils devront emprunter de l’argent de leurs amis et membres de la famille.

Chez les participants qui assurent déjà les besoins de leurs enfants et de leurs parents, 25 % estiment que leurs enfants ont été désavantagés par l’attribution à un parent vieillissant d’argent et de temps qui auraient pu leur être consacrés.

Cela est d’autant plus problématique que les Canadiens de la « génération sandwich » sont rendus à une période de leur vie où ils devraient épargner intensivement en vue de leur retraite. « Le fardeau financier de deux tiers [de ces] Canadiens est considérablement alourdi par les problèmes qu’engendrent ces responsabilités accrues. Par conséquent, plus de la moitié de ces Canadiens (55 %) devront probablement prendre leur retraite plus tard pour essayer de se rattraper sur le plan financier », a commenté Credit Canada.

Le stress associé au soutien financier d’un enfant et de parents vieillissants est lourd de conséquences d’ordre financières, mais aussi relationnel. Plus de 70 % des participants « sandwichs » en couple et dont le revenu familial est inférieur à 50 000 $ affirment que l’aspect sentimental de leur relation a souffert.

Les sondeurs ont demandé aux Canadiens de préciser le genre de sacrifices qu’ils ont dû faire pour soutenir les enfants et parents à leur charge. Voici ce qu’ils ont répondu :

* 30 % prennent moins de vacances

* 43 % mangent moins souvent au restaurant

* 36 % ont dû puiser dans leurs épargnes

* 37 % ont dû travailler des heures supplémentaires

* 38 % ont dû réduire les dépenses liées à leur style de vie (divertissement, activités sociales, etc.)

Afin d’aider les membres de la génération sandwich à faire face à ces difficultés, Credit Canada et Capital One Canada prodiguent des conseils clichés : épargnez davantage, respectez votre budget, cotisez à un REEE le plus tôt possible, etc.

Ils formulent également une recommandation qui risque d’en étonner plus d’un, mais qui semble s’imposer compte tenu des contraintes que subissent les couples qui doivent prendre soin à la fois de leurs enfants et de leurs parents : « Encouragez vos enfants à travailler à temps partiel pour contribuer au financement de leurs études. Ils apprendront ainsi à épargner, faire un budget et apprécier la valeur du travail. »

Loading comments, please wait.