A A A
Justice

Mount Real : Anthony Cappellano reconnu coupable

8 mars 2010 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

justiceNouveau procès, même résultat en lien avec le scandale Mount Real : le pseudo-conseiller Anthony Cappellano a été à nouveau coupable de neuf chefs d’accusation pour avoir illégalement exercé l’activité de courtier et de conseiller en valeurs sans détenir les inscriptions requises. Il a écopé d’amendes qui totalisent 9000 $.

Se présentant comme « conseiller financier », il a vendu des actions d’une société affiliée à Mount Real en prétendant qu’il s’agissait d’un placement garanti sans risque. Dans un cas présenté à la cour, un couple de consommateurs a perdu 125 000 $.

Le tribunal avait condamné Anthony Cappellano une première fois pour ces agissements en avril 2008. Mais il avait interjeté appel et obtenu la tenue d’un nouveau procès qui a abouti exactement aux mêmes conclusions que le précédent.

Anthony Cappellano n’est qu’un rouage secondaire au cœur du scandale Mount Real. En effet, les cinq principaux dirigeants de Mount Real, eux, doivent répondre de plus des 680 chefs d’accusation. Lino P. Matteo, Paul D’Andrea, Joseph Pettinicchio, Laurence Henry et Andris Spura sont passibles de plusieurs millions de dollars d’amendes et de peines de prison. L’Autorité des marchés financiers (AMF) a bon espoir que leur cause sera entendue en 2010.

Lino P. Matteo, le grand patron de Mount Real, fait face à 308 chefs d’accusation pour des amendes totalisant 204 millions de dollars, du jamais vu pour un seule personne. L’AMF réclame une peine d’emprisonnement de 5 ans moins un jour pour chacun des 74 chefs admissibles à une telle sanction. Selon l’AMF, Matteo était le cerveau qui aurait orchestré le stratagème qui s’est traduit par des pertes de  plus de 130 millions de dollars pour quelque 1600 investisseurs lésés.

On ne sait toujours pas ce qu’il est advenu de cet argent. Quant aux épargnants floués, ils ne sont pas admissibles au Fonds d’indemnisation des services financiers.

À ce jour, cinq individus (Victor Lacroix, Armando Ferruci, Christophe Balayer, Luigi Muro et Anthony Cappellano) ont été reconnus coupables dans le cadre des poursuites intentées, pour un total de 143 chefs et de 802 000 $ d’amendes.

Le scandale Mount Real a éclaté en novembre 2005. Des épargnants s’étaient plaints qu’ils ne pouvaient obtenir le remboursement du capital qu’ils avaient placé dans des billets de dépôt que Mount Real a émis sans prospectus ni dispense de l’AMF. Une enquête de l’AMF avait mis au jour le pot aux roses.

Loading comments, please wait.