A A A
Justice

Scandale Mount Real : trois pseudo-conseillères écopent

20 octobre 2010 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

balance_justice_scale_425Les condamnations continuent de tomber dans le scandale Mount Real, où plus de mille investisseurs ont perdu quelque 140 millions de dollars.

Cette fois-ci, la Cour du Québec a condamné trois pseudo-conseillères à 130 000 $ d’amendes.

La plus forte pénalité (102 000 $) a été imposée à Sylvie St-Denis. Cette dernière a plaidé coupable aux 20 chefs d’accusation portés contre elle, soit 8 chefs pour exercice illégal de l’activité de courtier en valeurs, 8 chefs pour avoir aidé la société Mount Real Acceptance Corporation à procéder à des placements illégaux et 4 chefs pour avoir fourni des informations fausses ou trompeuses aux investisseurs.

Pour sa part, Carole Dorion a écopé d’amendes qui totalisent 22 000 $. Elle a été reconnue coupable à 6 chefs pour exercice illégal de courtier en valeurs et à 2 chefs pour avoir aidé la société Mount Real Acceptance Corporation à procéder à des placements illégaux. Ancienne planificatrice financière et représentante en assurance de personnes, Carole Dorion a été radiée définitivement de la profession en juillet 2006.

Enfin, Antonella Niro devra payer une amende de 6 000 $. Elle s’est reconnue coupable des 2 chefs d’accusation portés contre elle, soit un chef pour exercice illégal de l’activité de courtier en valeurs et un chef pour avoir aidé la société Mount Real Acceptance Corporation à procéder à des placements illégaux.

Jusqu’ici, 12 individus ont été déclarés coupables dans le cadre des poursuites intentées par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Outre St-Denis, Dorion et Niro, on compte Victor Lacroix, Armando Ferruci, Christophe Balayer, Luigi Muro, Anthony Cappellano, Éric Couture, Laraine Lyttle, Yves Tardif et Guy Prescott parmi les fraudeurs que la justice a épinglés. Ils ont été frappés d’amendes de plus de 1,4 million de dollars.

On attend par ailleurs des nouvelles du tribunal concernant Enrico Bruni, William Marston, René Proteau, Yves Mechaka, Fayza Rifai, Roberto Milzi, Marc-André Froment, Nick Mylonakis et Francesco Iacono.

Rappelons que le scandale Mount Real a éclaté en novembre 2005, trois mois après celui de Norbourg. Des épargnants s’étaient plaints qu’ils ne pouvaient obtenir le remboursement du capital qu’ils avaient placé dans des billets de dépôt que Mount Real a émis sans prospectus ni dispense. Une enquête de l’AMF avait mis au jour le pot aux roses.


Loading comments, please wait.