A A A
Établissements

Services bancaires : que veut la génération Y?

30 mai 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les plus jeunes clients des banques nord-américaines sont presque deux fois plus susceptibles que les plus âgés d’envisager de passer à une banque sans succursale. Ils seraient également ouverts au fait que des entreprises technologiques leur offrent des services bancaires, selon une récente étude d’Accenture.

Près que quatre clients âgés de 18 à 34 ans sur dix (39 %) pourraient considérer de changer pour une banque sans succursale, alors que cette proportion tombe à 29 % chez les clients âgés de 35 à 55 ans et à 16 % chez clients de plus de 55 ans. Au Canada, c’est 27 % de tous les clients bancaires qui pourraient envisager de passer à une banque numérique, s’ils devaient changer d’institution financière.

Cette étude a été menée aux États-Unis et au Canada, auprès de 3846 clients bancaires au mois de mars dernier. Près de 70 % (2677) des personnes sondées résident aux États-Unis, contre 30 % (1169) au Canada.

Une banque Google?

Les jeunes clients sont également ouverts à l’idée d’obtenir des services bancaires de géants technologiques tels que Google, Amazon ou Apple, advenant le cas où ces compagnies offriraient ce genre de services. Parmi les clients âgés de 18 à 34 ans, 40 % seraient prêts à faire affaire avec Google, 37 % avec Amazon et 34 % avec Apple. Chez les clients âgés de plus de 55 ans, ces proportions diminuent respectivement à 5 %, 7 % et 6 %.

« Le jeu est en train de changer quant aux services bancaires au Canada et aux États-Unis, et les clients de demain ont une perception différente de ce qu’une banque devrait être, explique Jodie Wallis, directrice générale, pratiques bancaires canadiennes à Accenture. Les attentes de ces nouveaux consommateurs auront un effet perturbateur sur les banques, si le phénomène des banques sans succursale prend de l’ampleur et qu’elles ne s’adaptent pas rapidement. »

On apprend aussi dans ce sondage que :

• Au Canada, 60 % de la génération Y pourrait faire des affaires bancaires avec un grand joueur des télécommunications ou des services postaux, comme Rogers, Bell, TELUS ou Postes Canada;

• 55 % aimeraient que leur banque les aide avec leurs « gros achats » comme celui d’une voiture, et qu’elle leur offre des rabais pendant ce processus;

• 57 % souhaiteraient plus d’aide de leur banque dans le processus d’achat d’une maison; et

• 68 % ont exprimé leur intérêt quant à l’envoi, par leur banque, d’une analyse en temps réel de leurs dépenses, incluant des conseils d’épargne.



À lire :

* Ne blâmez pas la génération Y
* Finances : les Y seraient avantagés

Loading comments, please wait.