A A A
Affaires

Son garage lui rapporte de 5 à 10 % par an

8 juillet 2014 | Emmanuelle Gril | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Avec un rendement sur investissement de 5 à 10 %, en France, l’achat de places de stationnement pour les louer est un créneau sûr et payant. Petit tour de piste de cette tendance qui gagne de plus en plus d’adeptes.

Julien Bédouet, 29 ans, possède déjà plus de 50 garages. En un peu plus d’un an, ce diplômé de l’école de commerce d’Angers a su se tailler une place dans le domaine. Il a même écrit un livre sur la question et tient un blogue spécialisé à ce sujet.

Pourtant, rien ne le prédestinait à ce champ d’activité. « À l’origine, je voulais démarrer un restaurant, et pour arrondir mes fins de mois j’ai songé à investir dans l’immobilier », raconte-t-il en entrevue téléphonique.

Après avoir visité plusieurs appartements, tous nécessitant des mises de fonds importantes, il tombe par hasard sur une affiche annonçant un garage à vendre. C’est là que le déclic s’est fait. « J’ai commencé en mai 2012 en achetant quatre garages situés dans la ville de Saint Étienne », dit-il. Au total, ils ont coûté 10 900 euros (15 700 $CA), frais de notaire compris. Les loyers étant d’environ 2000 euros par an (2900 $CA), c’est un placement extrêmement rentable.

Puis, en novembre 2012, il déniche un lot de 50 garages sur un terrain de 2000 mètres carrés. Il les acquiert pour la somme de 90 000 euros (130 200 $CA), et reçoit ensuite plus de 1000 euros (1450 $CA) par mois en loyer. En peu de temps et sans trop d’effort, le jeune investisseur avait donc réussi à se créer une source de revenus de 14 000 euros (20 200 $CA) par an.

Un investissement payant et peu risqué

Investir dans un garage pour le louer est, selon Julien Bédouet, un placement très intéressant qui peut rapporter de 5 à 10 % par an. C’est beaucoup lorsqu’on sait que l’argent déposé dans un livret A – le compte d’épargne le plus utilisé en France – ne rapporte que 2,25 % par an…

C’est aussi beaucoup moins onéreux à l’achat qu’un appartement, l’immobilier étant très cher en France. Selon son emplacement, un garage se vend généralement pour moins de 10 000 euros (14 500 $CA) en province, mais peut aller jusqu’à plus de 50 000 euros (72 300 $CA) à Paris.

« C’est un investissement très intéressant pour les débutants, car ce n’est pas compliqué et peu risqué », souligne le jeune homme.

Parmi les critères de choix à considérer, il y a évidemment l’emplacement mais aussi le rendement potentiel. En ville, où il est plus difficile de se garer, une place de stationnement vaut son pesant d’or. Elle a une moins grande valeur en dehors des grands centres urbains, mais là encore, un garage peut être utilisé par le locataire comme espace d’entreposage.

« Ce type de placement gagne en popularité car il est aussi très rentable. Il y a beaucoup moins de charges sur un garage qu’un appartement, par exemple », souligne Julien Bédouet.

Ainsi, le propriétaire doit déclarer les loyers perçus et s’acquitter de la taxe foncière. Toutefois, si le garage se situe à un kilomètre ou plus de sa résidence principale, il est exempté de cette taxe, car le garage n’est plus considéré comme une dépendance.

Autre avantage : une place de garage ne requiert qu’un entretien minimum. Un peu de peinture ou d’asphalte, et le tour est joué! « Lorsqu’on compare avec ce que peut coûter la réfection d’une salle de bain ou d’une cuisine par exemple, on réalise à quel point posséder un garage est moins coûteux… », fait valoir Julien Bédouet.

Enfin, le contrat de location d’une place de stationnement relève du Code civil et non du Code de l’habitation. Par conséquent, les loyers ne sont pas plafonnés, le bail est résiliable tous les trois mois et il est facile de récupérer son garage en cas de non-paiement par le locataire.

Le blogue de Julien Bédouet : Parkinggarage.fr

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques