A A A
Argent

Survivre à l’insolvabilité

15 novembre 2012 | Grant Bazian | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Faire faillite peut arriver à n’importe qui. En tant que conseiller, vous êtes des mieux placés pour repérer les tendances inquiétantes dans les habitudes financières de vos clients. C’est le premier pas à franchir pour les éloigner du précipice.

Commencez par faire comprendre à vos clients qu’ils ne sont pas à l’abri d’une faillite. En moyenne, les gens qui déclarent une faillite personnelle sont en milieu de trentaine et ont pour 35 000 $ de dettes.

Mais ce n’est pas une règle. « Toutes sortes de gens s’adressent à nous, souligne Zaki Alam, CIRP, syndic, CA et vice-président principal, insolvabilité et restructuration à MNP. Certains de nos clients s’y connaissent peu en finances, mais nous travaillons aussi avec des médecins, des avocats et des comptables agréés. Notre clientèle provient de toutes les sphères de la société. »

Inciter les clients à se faire aider
Beaucoup de gens tardent malheureusement à exprimer leurs préoccupations financières ou à consulter un syndic pour se renseigner sur leurs options. Pour un débiteur honnête, déposer une proposition de consommateur ou déclarer faillite doit pourtant être envisagé comme un nouveau départ.

Afin d’amener vos clients à travailler avec vous, ou avec un syndic, aidez-les à modifier leur perception de l’insolvabilité. Beaucoup pensent peut-être que l’insolvabilité signifie tout perdre et tirer le diable par la queue, mais ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, leur REER est protégé.

Une cote de crédit mesure la crédibilité, et faire face à l’insolvabilité est la première étape pour la rétablir. Lorsqu’un client déclare faillite ou dépose une proposition de consommateur, sa cote de crédit est dégradée respectivement à R9 ou à R7. La meilleure cote possible est R1.

Une fois la proposition déposée, le client peut dès lors commencer à rétablir sa cote de crédit. Un avantage de travailler avec un syndic ou un administrateur de propositions est que celui-ci est le premier allié de votre client et qu’il peut fournir des références à son sujet aux autres institutions financières.

Repérer les signes
Il peut être difficile de parfaitement comprendre la situation d’un client, et encore plus de l’amener à l’évaluer honnêtement. Remettez-lui une liste de signes avant-coureurs courants de l’insolvabilité personnelle (voir l’encadré Huit signes avant-coureurs).

Si votre client veut décaisser son REER, cela peut être un indicateur de difficultés financières. S’il évite la question de l’instabilité financière ou cesse de cotiser régulièrement, cela devrait également vous alerter. L’insolvabilité ne se produit pas du jour au lendemain. Il s’agit souvent d’un cycle de comportements typiques qui entraîne les gens sur la pente de la crise financière.

Établir un budget
Si vous avez affaire à un client au bord de la faillite, mais qui ne s’est pas encore résolu à consulter un syndic, vous pouvez l’aider en lui suggérant de tenir ses comptes rigoureusement. C’est la façon la plus rapide d’obtenir une vision précise de ses sorties de fonds.

Assurez-vous toutefois qu’il établisse un vrai budget, et non un budget qui repose sur les meilleures intentions. Conseillez-lui de conserver tous ses reçus et de noter tous les achats ou opérations non étayées par des pièces justificatives pendant un mois complet.

Votre client devra comparer les débits et les crédits afin de mieux comprendre où va son argent. Il pourra aussi vérifier quelle partie de ses remboursements de dette sur carte de crédit sert à régler les intérêts et le capital. Déclarer faillite n’est pas la fin du monde, mais cette perspective peut en effrayer plus d’un. Grâce à des conseils judicieux, vous pouvez aider vos clients à traverser l’épreuve.

Grant Bazian, syndic, CIRP, est président et chef de la direction de MNP Ltd.

Huit signes avant-coureurs à partager avec vos clients

  1. Rythme de vie supérieur à vos moyens
    Vérifiez combien vous gagnez par mois et notez vos dépenses. Même un léger dépassement de budget peut rapidement dégénérer.
  2. Abus du crédit
    N’utilisez pas votre carte de crédit pour acheter des biens de première nécessité ou pour rembourser le solde d’une autre carte.
  3. Gestion financière déficiente
    Faites vos comptes tous les mois et demandez conseil si vous devez emprunter pour joindre les deux bouts.
  4. Absence de budget
    Si vous n’avez pas de fonds d’urgence, d’assurance suffisante, de REER ou de REEE, vous pourriez vous diriger vers la faillite.
  5. Problèmes personnels
    Problèmes conjugaux, perte d’emploi, baisse de revenu, maladie, problèmes médicaux ou dépendance peuvent entraîner des dettes ou une mauvaise gestion des avoirs.
  6. Dossiers mal tenus
    Cet aspect est particulièrement important pour les travailleurs autonomes.
  7. Multiplication des recouvrements
    Vos créanciers vous appellent, vos comptes bancaires ou votre salaire sont saisis, etc.
  8. Cosignature
    Si vous cosignez un contrat d’emprunt et que vous ne pouvez rembourser le solde total, vous risquez d’avoir des ennuis.
Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000