A A A
Établissements

T2 : profits en baisse pour la Banque Laurentienne

5 juin 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


La Banque Laurentienne a publié hier les résultats de son deuxième trimestre, qui s’est achevé le 30 avril.

Ses profits ont reculé de 8 % à 31 millions de dollars (99 cents par action), comparativement à 33,8 millions (1,05 dollar par action) l’an dernier à la même période.

Hors éléments inhabituels, son bénéfice net ajusté atteint 39,4 millions (1,29 dollar par action) pour le deuxième trimestre 2014, contre 39,2 millions (1,24 dollar par action) pour la période correspondante de 2013.

Le revenu total de l’institution financière a progressé de 1 % pour atteindre 217 millions, contre 215 millions en 2013.

Le revenu net d’intérêt en légère baisse

Le revenu net d’intérêt, lui, a diminué de 1,7 million pour s’établir à 139 millions, par rapport à 140 millions au deuxième trimestre 2013.

Les autres revenus ont augmenté de 3,7 millions (+5 %) pour atteindre 78 millions, comparativement à 74 millions pour la même période l’an dernier.

Selon la banque, la hausse des revenus tirés de ses activités de courtage, notamment sur le marché des titres de capitaux propres de sociétés à petite capitalisation, ainsi que les commissions sur les ventes de fonds communs de placement, ont été les principaux facteurs qui ont contribué à cette augmentation.

Toutefois, ces bons résultats ont été en partie contrebalancés par la diminution des revenus de trésorerie et de marchés financiers, surtout en raison de la baisse des revenus tirés des activités de négociation.

Diminution du volume de prêts personnels

Le rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires ajusté a été de 11,9 %, contre 12,2 % l’an dernier.

De leur côté, les provisions pour pertes sur prêts ont crû de 1,5 million, passant de neuf millions au deuxième trimestre de 2013 à 10,5 millions au deuxième trimestre de 2014.

Enfin, le trimestre a été marqué par des gains importants en matière de services aux entreprises et les prêts commerciaux ont grimpé de 18 %.

En revanche, le volume de prêts personnels a diminué, même si ce phénomène a été partiellement contrebalancé par des recouvrements d’intérêts attribuables à des règlements favorables dans le portefeuille de prêts commerciaux, précise la Laurentienne.

« Stimuler la croissance rentable des revenus »

Le renouvellement des emprunts à des taux plus faibles a contribué à conserver une marge d’intérêt stable, dans l’ensemble, à 1,68 %.

« La qualité de crédit constante du portefeuille de prêts et le contrôle rigoureux des coûts ont contribué à la bonne performance pour le trimestre », a déclaré Réjean Robitaille, président et chef de la direction de l’institution financière.

« Dans un contexte de désendettement des consommateurs et de compression des marges, nous maintenons l’accent sur le développement d’activités commerciales à marge plus élevée et sur la croissance des revenus tirés de sources non sensibles aux taux d’intérêt pour stimuler davantage la croissance rentable des revenus », a-t-il ajouté.

Bonification du dividende

Le conseil d’administration de la banque a par ailleurs annoncé une hausse de 2 % du dividende par action, qui passe de 0,51 à 0,52 cent.

Le premier versement bonifié sera effectué le 1er août prochain aux actionnaires inscrits à la fermeture des affaires le 2 juillet.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques