A A A

TD et CIBC : rentables, mais moins qu’avant

5 décembre 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La TD a vécu un 4e trimestre « particulièrement difficile » qui s’est soldé par un recul de 9 % du bénéfice net attribuable aux actions ordinaires. Il se chiffre à 991 millions de dollars, comparativement à 1 089 millions au 4e trimestre de 2007. Le secteur des services bancaires de gros est le principal responsable de la chute de la rentabilité de la TD. Il a subi une perte nette de 228 millions de dollars pour le trimestre, soit un recul de 385 millions de dollars par rapport au trimestre correspondant de l’an dernier.


Pour sa part, la CIBC a vu ses profits diminuer de moitié au 4e trimestre. Elle a enregistré un bénéfice net de 436 millions de dollars, soit 448 millions de moins que l’an dernier pour la même période. Si elle la CIBC a réussi à récupérer 463 millions grâce à des règlements liés à la faillite d’Enron, aux États-Unis, elle a toutefois inscrit une perte de 479 millions sur le crédit adossé à des actifs et une perte de 193 millions à la suite de la radiation de certains actifs. La provision pour pertes sur créances a augmenté de 90 à 222 millions de dollars, conséquence de pertes grandissantes au sein de son portefeuille de prêts aux entreprises. Au total, les revenus de la Banque CIBC ont baissé de 18 % à 2,3 milliards de dollars. La forte croissance des volumes des dépôts et des prêts commerciaux et hypothécaires a été neutralisée notamment par le difficile marché des actions et la diminution des marges.

Les investisseurs ont été partagés quant à ces résultats. Ils ont fait reculer l’action de la Banque TD de 1,4 %, à 41,92 $. En revanche, ils ont apprécié la performance de la Banque CIBC, poussant le titre vers le haut de 2 %. L’action de la Banque CIBC a terminé la séance à 46,18 $, en progression de 0,88 $.

Loading comments, please wait.