A A A
Crédit

Titres à revenu fixe : le potentiel du baby-boom

11 janvier 2011 | Steven Lamb | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

fr_road-ahead-0111-250

La crise de 2008-2009 a lancé les investisseurs dans une ruée vers la sécurité et un grand nombre d’entre eux ont trouvé refuge dans l’espace obligataire. Parmi les fonds communs de placement, les fonds de titres à revenu fixe dominent les ventes depuis la crise, faisant grimper le prix des obligations et chuter les rendements. Certains vont jusqu’à prédire que la prochaine bulle sera celle des titres à revenu fixe.

« À l’instar de la plupart de mes homologues, je n’adhère pas à la notion de bulle obligataire, déclare Tom O’Gorman, directeur, Titres à revenu fixe, pour Gestion de placement Bissett ainsi que cogestionnaire principal du Fonds d’obligations Bissett. Cette tendance a été alimentée par ce qui s’est produit aux États-Unis et elle ne présente pas les traits qui ont caractérisé l’envolée des actions Internet, par exemple, dont les investisseurs ont établi les valorisations selon de nouvelles méthodes. »

Selon lui, la flambée obligataire était le réflexe rationnel d’un marché craignant l’émergence d’une nouvelle récession après la disparition des incitatifs gouvernementaux aux États-Unis. La Réserve fédérale américaine (Fed) elle-même supputait des dangers de déflation et ses réactions permettent de croire que la banque centrale américaine fera tout en son pouvoir pour éviter une catastrophe à la japonaise.

« La course aux titres de qualité n’est pas un événement inhabituel. En 2010, les capitaux étaient essentiellement dirigés vers les titres à revenu fixe et non les actions, ajoute-t-il. En août, lorsque la Fed a déclaré envisager une autre phase d’assouplissement quantitatif, les taux ont atteint leurs plus bas niveaux. »

La combinaison de taux d’intérêt faibles et de mesures d’assouplissement quantitatif a plongé le monde des titres à revenu fixe dans la tourmente du fait que des éléments étrangers à ce marché y occupent une place prépondérante. La façon et le moment choisis par la Fed pour abandonner sa position d’acheteur obligataire de dernier recours auront une répercussion considérable sur le marché.

M. O’Gorman est d’avis que la situation démographique avantage sans doute les prix des titres à revenu fixe. En effet, les baby-boomers approchent de la retraite et se tournent vers des placements qui produisent un revenu à moindre risque.

« Notre pronostic est très optimiste en ce qui concerne les titres à revenu fixe de sociétés, car ils reposent sur des données fondamentales solides et favorables aux titulaires d’obligations, explique M. O’Gorman. À l’issue de la crise, beaucoup de sociétés ont saisi l’occasion pour rajuster leur structure de coûts et ont ainsi étoffé leur solde de trésorerie. »

Si certains émetteurs parmi les sociétés sont en excellente posture, les problèmes économiques de nos voisins du Sud demeurent préoccupants; les autorités peinent à équilibrer incitatifs économiques et circonscription de l’endettement; de plus, bien que le nouveau Congrès affirme se dévouer à la réduction des dépenses, la Fed continue à se débattre pour enrayer la déflation.

« Outre les répercussions de la conjoncture des États-Unis sur le marché canadien, il importe de déterminer ce qui sous-tend les taux d’intérêt, c’est-à-dire la politique monétaire, les projections d’inflation et la situation budgétaire. Dans les trois cas, la position du Canada se démarque considérablement de celle des États-Unis et encore plus de l’Europe. »

M. O’Gorman note que l’inflation est inférieure à 2 % et qu’il est peu probable que la Banque du Canada relève ses taux d’intérêt dans un proche avenir. Compte tenu de l’inflation encore plus modeste aux États-Unis et du fait que le huard volette autour de la parité, la Banque du Canada se distancera peu de la Fed en matière de hausse des taux d’intérêt.

« La situation serait inquiétante si l’inflation augmentait et si les incitatifs américains devaient entraîner une surchauffe. Dans cette éventualité, nous modifierions notre position étant donné la probabilité que la Fed et la Banque du Canada adoptent toutes deux des hausses des taux à court terme. Nous serions alors en présence de vents contraires, mais ce n’est pas le scénario que nous envisageons. »

Selon Rex Chong, vice-président et chef de l’équipe de gestion des titres à revenu fixe d’Invesco Trimark, ces vents contraires s’intensifieront au cours des prochaines années. « Qu’il s’agisse d’obligations d’État, d’obligations de sociétés ou d’obligations à rendement élevé, de sérieux obstacles entraveront les placements obligataires, croit-il. Les rendements seront toujours au rendez-vous mais évidemment bien inférieurs à ceux qui prévalaient il y a peu de temps. »

Dans une perspective qui dépasse l’année 2011, il signale que les taux d’intérêt doivent augmenter, ce qui aura comme effet de faire diminuer la valeur des émissions récentes à faible rendement.

« Comprenez-moi bien : je ne préconise pas que les taux devraient augmenter de 200 points de base par rapport à leur niveau actuel, mais je constate la grande confiance avec laquelle nous croyons que les autorités sauront retirer du marché, au moment opportun et selon un échéancier progressif, les liquidités qu’elles y ont injecté. Je doute fort que ce soit le cas. La Fed est dirigée par une kyrielle d’esprits brillants, mais je ne crois pas aux miracles. »

Autour du globe, les obligations souveraines ont démontré qu’elles ne sont pas un refuge (comme en Europe) ou sont massivement montées en flèche, propulsées par l’affluence des investisseurs vers les émetteurs les plus sûrs. Les investisseurs sont très contradictoires : ils recherchent les rendements mais sont réfractaires au risque.

Au chapitre de la dette souveraine, M. Chong espère le jour où des « esprits raisonnables » élaboreront une stratégie réaliste pour régler les problèmes de crédit en Europe.

« Dans certains de ces pays, on retrouve des échéances incohérentes qui, en un sens, constituent un délai non restrictif dans lequel les législateurs doivent élaborer des mesures facilement assimilables pour le marché ». ajoute-t-il.

Ces délais non restrictifs obligeront les législateurs à agir avant le printemps, mais il souligne qu’il n’existe pas de réponse à court terme pour ces ratés du crédit. D’ici là, les investisseurs peuvent s’attendre à un parcours cahoteux.

« La chasse au rendement est démesurée, qu’il s’agisse d’obligations de bonne qualité ou non. Il y a quelques temps, certaines sociétés empruntaient sur le marché obligataire à 1 %. Je pense même que Microsoft a émis des créances à moins de 1 %, ajoute-t-il. Les investisseurs sont tellement en manque de rendement et de sécurité qu’ils sont disposés à faire stagner leur capital sous forme d’obligations de sociétés de bonne qualité, malgré leurs minimes rendements. »

« Même s’il s’agit de la meilleure société de la planète, je ne vois pas l’intérêt d’acheter un titre dont le coupon vous rapporte moins de 1 %. Les investisseurs les convoitent sur la base que ce sont des sociétés en béton et que leurs coupons sont sans risque, ce qui est probablement exact. Mais à quel prix ? Ils achètent le titre au prix fort et se contentent d’un coupon de 0,75 %. »

Les sociétés de qualité ont profité de la conjoncture de taux d’intérêt pratiquement nuls pour émettre des centaines de millions de dollars en créances à bon marché, souvent sans aucun projet où investir ces fonds. Avec un bilan reposant sur un endettement bon marché, le déploiement de ces capitaux peut prendre la forme d’achats stratégiques, de versements de dividendes ou de rachats d’actions, et ces options favorisent les détenteurs d’actions.

« Cet aspect à lui seul devrait suffire à vous ouvrir les yeux et à prendre conscience qu’il n’est pas avantageux pour un investisseur d’acheter ces titres. Si vous ne deviez retirer qu’une information de tout cet exposé, c’est que l’action procure sans doute un meilleur rendement compte tenu de son risque. »

M. O’Gorman convient que les sociétés qui émettent des obligations semblent davantage enclines à satisfaire leurs actionnaires que les détenteurs de leurs obligations. Par exemple, George Weston ltée a annoncé le 15 décembre le versement d’un milliard de dollars à ses actionnaires sous forme de dividendes supplémentaires.

« À caractéristiques égales, verser de tels dividendes est au détriment des détenteurs d’obligations, souligne-t-il. Il serait préférable que cet argent soit affecté à des projets productifs et bénéfiques à l’exploitation, dans le cas de Weston cependant, la société ne risque pas une décote car le montant de ses liquidités dépasse celui de son endettement. »

Retour à l'accueil


Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000