A A A
Épargne

Toujours méconnu, le CELI

5 janvier 2012 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Vos clients gèrent leur CELI à la va comme je te pousse? N’en soyez pas étonné, car ils ne sont pas les seuls à nager dans la mélasse.

Un sondage de la banque ING Direct, réalisé en septembre dernier, révèle que 23 % des Canadiens ont déclaré que leur banque était responsable du suivi de leurs retraits et de leurs cotisations dans leur CELI. Une autre tranche de 12 % pense que c’est le gouvernement qui s’en charge, tandis que 7 % disent que leur conseiller est responsable de gérer les transactions dans les CELI.

La même étude indique aussi que les Canadiens ont une vague idée (37 %) ou ne comprennent pas comment le CELI fonctionne (14 %), tandis que 13 % déclarent qu’ils ne savent pas ce qu’est un CELI.

« Comme tout produit enregistré, il existe certaines règles à respecter quand on investit dans un CELI et il faut faire quelques efforts pour se familiariser avec toutes les caractéristiques de ce type de compte », a commenté ING Direct.

Des efforts de compréhension, les épargnants devront en faire. En effet :

  • 27 % des personnes interrogées pensent qu’elles ne peuvent avoir qu’un seul CELI.
  • Plus du tiers (35 %) ont déclaré qu’elles ne savaient pas si elles recevaient une déduction fiscale pour des cotisations à un CELI, alors que 8 % pensent que oui.
  • 10 % des participants croient qu’ils devront payer de l’impôt quand ils retireront des fonds de leur CELI, tandis qu’un tiers des Canadiens disent ne pas en être sûrs.
  • Sans surprise, ING Direct nous apprend que presque la moitié des personnes sondées (47 %) investissent les fonds de leur CELI dans un compte d’épargne. Tout de même, 19 % optent pour des fonds communs de placement, 13 % pour des fonds négociés en Bourse et 10 % pour des actions et des obligations.

    Pour consulter notre dossier sur le CELI, cliquez ici.

    Loading comments, please wait.