A A A
Justice

Trois pseudo-conseillers devront s’expliquer en cour

4 juillet 2013 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient de déposer une trentaine de chefs d’accusation à l’encontre de trois conseillers d’opérette dans une affaire de placement illégal.

Elle intente également une poursuite contre la société montréalaise Beluga Composites Corporation, spécialisée dans la production de réservoirs de fibre de verre pouvant contenir des liquides inflammables. Penny stock négocié sur le marché hors cote, Beluga Composites fait face à 7 chefs d’accusation de placement illégal et à des amendes de 70 000 $.

Les trois individus sont :

* Guy-Paul Gauthier. Il devra répondre à 16 chefs d’accusation, dont 7 pour avoir illégalement agi à titre de courtier et 7 pour avoir aidé Beluga Composites à procéder à des placements illégaux. L’AMF lui reproche également d’avoir indiqué que les titres de cette société seraient cotés en Bourse et d’avoir promis à un investisseur qu’il ne perdrait pas d’argent dans cette opération. L’AMF réclame des amendes de 228 000 $. Rappelons que Guy-Paul Gauthier avait écopé de pénalités totalisant 6000 $ en 2008 pour avoir posé des gestes similaires dans le dossier Freins NewTech.

* Gilbert Lasnier. À quatre reprises, prétend l’AMF, Gilbert Lasnier aurait agi illégalement à titre de courtier et aidé la société Beluga Composites à réaliser des placements illégaux. L’AMF lui reproche aussi de s’être porté garant du prix éventuel des titres. Il est passible de 75 000 $ d’amendes.

* Michael E. Heller. Secrétaire et conseiller juridique de Beluga Composites, Michael E. Heller fait face à 9 chefs, dont 8 pour avoir aidé Beluga Composites à faire des placements illégaux et 1 chef pour avoir illégalement agi à titre de courtier en valeurs. S’il est déclaré coupable de tous les chefs, il pourrait devoir payer 82 000 $ d’amendes.

L’enquête de l’AMF a démontré que des investisseurs ont été intéressés à acquérir les titres de Beluga Composites, qui n’a jamais obtenu de visa ou de dispense de visa pour effectuer des placements au Québec par l’entremise de Gauthier, Lasnier et Heller.

Loading comments, please wait.