A A A
Justice

Un ex-conseiller de JPMorgan aurait détourné 20 M $US

20 avril 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le crime financier ne paie pas, comme vient de le découvrir Michael Oppenheim, un ex-banquier de JPMorgan Chase. Ce dernier est accusé de s’être servi à même les portefeuilles de richissimes clients pour financer ses spéculations et règlements d’hypothèque. Selon la Securities and Exchange Commission (SEC), 20 M $US auraient ainsi été subtilisés sur une période de trois ans.

L’ex-conseiller en placements, en poste depuis 2002, avait ainsi élaboré un stratagème de détournement de fonds reposant sur le lien de confiance.

Selon la SEC, l’accusé aurait réussi à convaincre plusieurs clients de lui confier des sommes importantes aux fins d’investissement dans le marché des obligations municipales à faible risque. En réalité, les sommes étaient transférées en chèques bancaires, qui étaient ensuite déposés sur son compte de courtage ou dans celui de son épouse.

L’objectif? Régler son prêt hypothécaire et spéculer sur plusieurs titres en Bourse. Malheureusement, en plus d’être un conseiller véreux, Michael Oppenheim s’est avéré un piètre investisseur, accumulant des pertes de plusieurs millions de dollars, entre autres, après avoir misé sur la baisse des cours d’entreprises telles que Apple, Google et Netflix.

Faux et usage de faux

Pour couvrir ses méfaits, l’ex-employé falsifiait les états de compte et documents présentés au client, rapporte la SEC. Plus précisément, il apposait le nom d’un client sur le dossier d’un autre afin de prouver l’acquisition des obligations promises.

Il aurait également effectué des transferts de fonds d’un compte client à un autre afin de dissimuler les sommes prélevées sans autorisation.

Selon l’AFP, la banque aurait contacté les autorités après avoir découvert le subterfuge et licencié le conseiller en mars dernier. Ce dernier a été arrêté le 16 avril par le FBI pour cause de malversation. L’institution financière a rassuré les clients floués en confirmant le remboursement intégral des sommes volées.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.