A A A
Justice

Un faux courtier puni pour avoir sévi sur Kijiji

29 janvier 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

justice_jugement_juge_verdict_fraude_425Un individu qui offrait ses services sur Kijiji est maintenant interdit d’exercice par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

« Follow a real life Professional Trader on Skype » (Suivez un vrai conseiller en valeurs professionnel par Skype). C’est le titre de la petite annonce que l’Outremontais Carlo Cioppi a publiée sur le populaire site web Kijiji le 28 avril 2014.

Non inscrit auprès de l’AMF, le faux conseiller y affichait ses services-conseils en valeurs mobilières et proposait aux intéressés « de mener les mêmes opérations sur valeurs que lui ».

Incognito, une enquêteuse de l’AMF lui a fait parvenir un courriel afin d’obtenir « de l’information additionnelle au sujet de son offre », indique la décision du Bureau de décision et de révision (BDR).

Le 26 mai, Carlo Cioppi lui répondait et lui offrait ses services.

« Je négocie des titres américains et, en août prochain, cela fera 10 ans que j’exerce le métier. J’ai travaillé pour quelques institutions bancaires et d’investissement et j’offre ce service depuis un an », peut-on lire dans son courriel (traduit de l’anglais).

Le lendemain, une conservation téléphonique avait lieu, au cours de laquelle l’intimé déclarait notamment avoir déjà travaillé chez Valeurs mobilières Desjardins. Carlo Cioppi indiquait aussi qu’il allait « facturer la somme de 199 $ par mois pour ses services et conseils et que le paiement se ferait par transfert Interac ».

Le 24 juin 2014, il publiait une seconde annonce sur Kijiji.

INTERDICTION D’EXERCER

Il n’en fallait pas plus pour que le BDR interdise à l’individu d’agir à titre de conseiller en valeurs et lui impose une pénalité de 5 000 $ le 10 novembre dernier.

De plus, le tribunal indépendant l’a sommé de retirer « tout écrit ou contenu portant sur l’exercice de l’activité de conseiller en valeurs qu’il aurait publié ou diffusé par Internet ». Ce qu’il a fait immédiatement, a confirmé une visite de l’enquêteuse sur Kijiji.

« Le fait que l’intimé Carlo Chioppi a déjà détenu une inscription à titre de conseiller auprès de l’Autorité des marchés financiers constitue, selon la procureure de l’Autorité, un facteur aggravant, car celui-ci connaît la loi et savait qu’il ne pouvait offrir de conseils sans détenir une telle inscription. Par contre, a-t-elle souligné, le fait que celui-ci a fait preuve de collaboration durant l’enquête constitue un facteur atténuant », indique la décision du BDR.
La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.