A A A

Un mois de juillet prometteur est tombé à l’eau à cause des inquiétudes

3 août 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Juillet aurait pu être un mois lucratif pour les fonds communs de la plupart des catégories, spécialement celles qui investissent dans les actions canadiennes et les marchés émergents. Toutefois, le 20 juillet et durant la semaine qui a suivi, les inquiétudes dans les marchés mondiaux ont fait tomber plusieurs indices d’actions, souvent de plus de 6 %. En conséquence, la plupart des Indices de fonds Morningstar Canada spécialisés dans les actions ont clos le mois dans le rouge, selon des données préliminaires publiées jeudi par Morningstar Canada.

« Les investisseurs ont été apeurés par toute une série de mauvaises nouvelles cette semaine-là, et cela a plongé les marchés dans un mouvement d’angoisse, a spécifié Bhavna Hinduja, analyste à Morningstar Canada. L’affaiblissement du marché du logement aux États-Unis, les problèmes liés aux prêts hypothécaires "sub-prime", un prix du pétrole brut élevé ainsi que des inquiétudes sur le ralentissement de l’économie mondiale ont été les moteurs principaux du sentiment négatif qui a provoqué une course à la vente sur la plupart des marchés d’actions. »

Étonnamment, les fonds de métaux précieux ont été frappés le plus durement par cette correction, avec une perte de 7 % de l’Indice Actions – Métaux précieux Morningstar Canada entre le 20 et le 27 juillet. Mais parce que l’indice de ce fonds avait déjà gagné 9,8 % pour le mois avant la correction et grâce à une remontée les deux derniers jours du mois, il a fini juillet avec le deuxième meilleur rendement parmi les 42 Indices de fonds Morningstar, soit un gain de 4,3 %.

Pour le deuxième mois d’affilée, l’Indice Actions – Asie/Pacifique excluant le Japon a obtenu les meilleurs résultats de tous les indices de fonds en juillet, se haussant de 5,3 %. La Chine et la Corée du Sud ont le plus contribué à ce rendement, avec des gains mensuels respectifs de 17 % et de 10,9 % pour l’indice composé de la Bourse de Shanghai et l’indice coréen KOSPI. L’indice de Shanghai a même gagné 11 % entre le 20 et le 27 juillet alors que tous les autres marchés dégringolaient.

La force de la Chine a aussi stimulé les indices de fonds d’actions des catégories Actions – Marchés émergents et Actions – Asie/Pacifique, qui ont fini le mois aux troisième et quatrième rangs avec des augmentations respectives de 4,2 % et 2,3 %. En cinquième place, l’Indice Actions – Japon a gagné 1,3 % même si le Nikkei 225 a perdu 4,9 %. Les fonds de cette catégorie ne couvrant pas leur participation en devises étrangères ont profité d’une appréciation de 3,6 % du yen par rapport au dollar canadien.

Au Canada, la correction d’une semaine a essentiellement neutralisé les gains que les marchés d’actions avaient accumulés dans ce qui s’annonçait comme un mois très prometteur. L’Indice composé S&P/TSX a chuté de 5,9 % du 20 au 27 juillet et a fini le mois avec une perte de 0,1 %. Cela s’est reflété dans le rendement de l’indice des fonds de la catégorie Actions – Canada 90 %, qui s’assurait d’une hausse de 4,5 % au matin du 20 juillet mais a fini le mois en baisse de 0,4 %. De même, l’Indice Actions – Canada Petite et moyenne capitalisation 90 % s’est accru de 5,1 % avant la correction, mais a clôturé le mois en déclin de 0,2 %.

Lors de cette semaine fatidique, les trois principaux secteurs canadiens(énergie, finance et matériaux), ont perdu 6,5 %, 4,9 % et 6,7 %, respectivement. Toutefois pour l’ensemble du mois, les sous-indices S&P/TSX pour l’énergie et les matériaux ont pu se rétablir tandis que le sous-indice relatif au secteur financier finissait par reculer de 2,9 %. Par conséquent, les fonds de la catégorie Actions – Ressources naturelles, qui pour la plupart investissent principalement au Canada, ont collectivement pris 1,1 % au mois de juillet. Pendant ce temps, l’Indice Actions – Services financiers a terminé troisième avant-dernier avec un repli de 3,7 %.

Mais les soucis du Canada dans le secteur financier sont minces comparativement à ceux que vivent présentement les États-Unis, notamment en immobilier. Au 30 juin, l’indice de fonds de la catégorie Actions – Services financiers avait une participation de 29,4 %, tandis que l’Indice Actions – Immobilier plaçait 17,5 % de ses actifs au pays de l’Oncle Sam. Ce dernier a obtenu le pire rendement de tous les indices de fonds pour le second mois consécutif en juillet(-4,8 %), après sa chute de 7 % en juin.

Bien que l’immobilier soit le secteur américain ayant le plus souffert, huit des 10 sous-indices de l’Indice S&P 500 étaient déficitaires pour juillet, et l’indice lui-même reculait de 3,1 %. Les fonds d’actions américains généralistes ont perdu encore plus de plumes : les indices de fonds des catégories Actions – É.U. et Actions – É.U. petite et moyenne capitalisation ont reculé respectivement de 3,5 % et de 4,1 %, soit en quatrième avant-dernière place et en avant-dernière place. Entre le 20 et 27 juillet, ces deux indices ont perdu 4,9 % et 6,3 %.

Les marchés boursiers européens ont également écopé de la rectification au milieu du mois. Le DAX allemand reculait de 6,8 % pendant la dernière semaine du mois et de 5,3 % sur l’ensemble de juillet. Le FTSE de Londres et le CAC 40 de Paris ont tous deux subi des pertes similaires. La hausse de l’euro par rapport au huard en juillet a absorbé les dégâts, mais l’indice de la catégorie Actions – Europe a tout de même terminé le mois en déficit de 2,7 %.

Loading comments, please wait.