A A A
Épargne

Un nouvel outil d’épargne-retraite serait inutile

14 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Ottawa n’a pas besoin de mettre sur pied un nouvel outil pour inciter les Canadiens à épargner davantage en vue de leur retraite, estime l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC).

En lieu et place, le gouvernement fédéral doit plutôt encourager l’utilisation des outils d’épargne complémentaires déjà offerts en milieu de travail, comme le REER collectif et le CELI collectif, estime l’organisme.

« Le problème de ceux et celles qui n’épargnent pas assez n’est pas l’accès à des outils d’épargne volontaire, mais plutôt la sous-utilisation des options existantes », déclare Joanne De Laurentiis, présidente et chef de la direction de l’IFIC.

L’organisme, qui regroupe 150 joueurs de l’industrie, fonde notamment sa position sur une statistique selon laquelle seulement 17 % des travailleurs canadiens disposeraient d’un revenu disponible inférieur à leur revenu après impôts et cotisations actuelles, une fois rendus à la retraite.

Les régimes de retraite à prestations déterminées (PD) mis à part, il existe déjà des outils d’épargne individuels, auxquels les épargnants sont libres d’adhérer, souligne l’organisme.

REVOIR REER et CELI

« En premier lieu, le gouvernement pourrait encourager la participation des employés aux régimes PD, aux REER collectifs et aux CELI collectifs existants », suggère l’IFIC. La mise en place de mesures favorisant l’épargne périodique pourrait ainsi inciter les épargnants plus à risque à contribuer davantage en prévision de leurs vieux jours.

L’IFIC presse aussi Ottawa de réviser les règles encadrant les REER collectifs et les CELI collectifs, en exemptant par exemple les employeurs des taxes sur la masse salariale, comme c’est le cas pour les régimes de retraite.

L’organisme a fait connaître sa position dans le cadre d’une consultation sur la création éventuelle d’un supplément volontaire au Régime de pensions du Canada. Les intéressés avaient jusqu’au 10 septembre pour y participer.

RVER : la solution Québec

Afin d’aider les quelque 50 % de travailleurs québécois privés de régimes d’épargne-retraite offerts par un employeur, le gouvernement du Québec a mis sur pied le régime volontaire d’épargne-retraite (RVER).

Outre les salariés visés, les travailleurs autonomes seront également admissibles au RVER. Les premiers RVER verront le jour à compter du 31 décembre 2016.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques