A A A
Justice

Un « prédateur financier » à l’œuvre au Québec?

17 décembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Loup_Moutons_Masque_Ruse_Stratagme_Fraude_425Un fraudeur multirécidiviste récemment établi au Québec fait maintenant l’objet de plusieurs ordonnances d’interdiction devant le risque qu’il représente pour le public, a annoncé hier l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Des ordonnances réciproques d’interdiction d’opérations sur valeurs, d’interdiction d’exercer l’activité de conseiller en valeurs et d’agir à titre de gestionnaire de fonds d’investissement ont été émises contre Michael Lee Mitton par le Bureau de décision et de révision (BDR).

Des ordonnances de refus du bénéfice de toute dispense prévue à la Loi sur les valeurs mobilières ou à ses règlements et d’interdiction d’agir comme administrateur ou dirigeant d’un émetteur, d’un courtier, d’un conseiller et d’un gestionnaire de fonds d’investissement s’ajoutent également à cette imposante liste.

SUR LE POINT DE RECOMMENCER?

Michael Lee Mitton était déjà visé par des ordonnances similaires dans trois juridictions canadiennes (Colombie-Britannique, Alberta et Ontario), précise l’Autorité. L’objectif était donc d’élargir leur portée au Québec, puisqu’il résiderait actuellement à Lachute.

Il se présente d’ailleurs sur son profil LinkedIn comme un « Financial Advisor » pour la société Omega Star.

Il s’agit d’« un individu ayant un dossier criminel étoffé, comprenant notamment des infractions de fraude et de manipulation frauduleuse d’opérations boursières de plusieurs milliers de dollars », souligne l’AMF.

Selon son enquête, celui-ci se serait établi au Québec et aurait repris ses activités illégales auprès du public après sa libération en 2013 de la prison ontarienne.

« PRÉDATEUR FINANCIER »

Il avait en effet été condamné en 2007 à une sentence de sept ans d’emprisonnement en Ontario pour manipulation frauduleuse d’opérations boursières et à trois ans pour recyclage des produits de la criminalité, le tout à être purgé de manière concurrente.

Dans sa décision, le BDR a reconnu que Michael Lee Mitton présentait « un risque élevé de récidive » et qu’il présentait toutes les caractéristiques d’un « prédateur financier », ayant un « répertoire étendu d’arnaques à l’encontre des marchés et épargnants ».

Après avoir étudié son dossier « particulièrement étoffé en matière d’activités financières illicites », le Bureau en est venu à la conclusion qu’il était dans l’intérêt public qu’il réagisse immédiatement.

COMMENT DÉJOUER LA FRAUDE

L’AMF profite de ce cas pour rappeler aux consommateurs que, sur Internet ou directement, offrir des investissements est une activité réglementée. Autrement dit, toute personne ou toute compagnie qui propose des placements doit être inscrite auprès d’elle.

Pour éviter d’être une victime de ce type d’approche, il est donc indispensable de vérifier que l’une ou l’autre figure bel et bien au registre des entreprises et individus autorisés à exercer.

Quiconque croit avoir été approché par Michael Lee Mitton pour investir dans une société ou a détecté une approche qui semble illégale doit communiquer avec le Centre d’information de l’Autorité.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques