A A A
Épargne

Un préretraité canadien sur trois n’a pas de plan financier

19 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les Canadiens épargnent généralement assez pour leur retraite, mais ils éprouvent de l’incertitude à son approche en raison d’un manque de planification financière, selon un rapport publié hier par RBC Gestion de patrimoine.

Intitulé Prendre sa retraite au Canada, ce document d’une quarantaine de pages aborde notamment la question des sources de revenus à cette étape de la vie et « traite des façons de personnaliser un plan financier de manière à ce qu’il corresponde aux besoins et objectifs » de chacun.

« Établir un plan financier complet ne se limite pas à déterminer le montant d’épargne nécessaire, souligne RBC. Ce plan doit prévoir les changements de conjoncture, les dons de bienfaisance, les projets de voyage et les besoins futurs de la famille sur le plan de la santé pour permettre de mener le mode de vie souhaité à la retraite. »

DÉCALAGE ENTRE PERCEPTION ET RÉALITÉ

Le rapport comprend aussi les résultats d’un sondage annuel consacré aux « attentes et expériences des Canadiens » en matière de retraite. Réalisé en ligne au printemps dernier par Ipsos Reid, celui-ci a pris en compte 2 223 personnes âgées de 50 ans ou plus dont le ménage disposait d’actifs d’au moins 100 000 dollars.

Principal enseignement de cette enquête d’opinion : il existe un décalage entre la perception, plutôt négative, qu’ont les baby-boomers de l’état de leurs économies et la réalité qui, elle, est souvent plus positive.

Ainsi, alors que beaucoup d’entre eux quitteront le marché du travail au cours des prochaines années, RBC dit avoir constaté que leur épargne-retraite était « plus adéquate que prévu pour répondre à leurs besoins », ou que « les retraités étaient agréablement surpris par le caractère suffisant de leurs revenus ».

D’après le sondage, cet écart entre les perceptions et la réalité « s’explique principalement par l’absence d’un plan financier à l’approche de la retraite ». Et, de fait, 28 % des Canadiens dans cette situation n’en ont jamais établi, tandis que la proportion chute à 19 % chez les retraités.

« ON CONSTATE UN MANQUE DE PLANIFICATION »

L’enquête de RBC montre par ailleurs que 91 % de ces derniers sont convaincus qu’ils auront assez d’argent jusqu’à la fin de leurs jours. Toutefois, cet optimisme est partagé par seulement 79 % des répondants qui approchent de la fin de leur vie active.

« Chacun possède sa propre vision de la retraite, qu’il s’agisse de passer davantage de temps avec sa famille ou d’acheter une résidence secondaire. Toutefois, on constate un manque de planification afin de réaliser ces objectifs », commente Tony Maiorino, vice-président et chef, Services de planification patrimoniale à RBC.

« Les gens, à l’approche de la retraite, doivent axer leur planification sur les moyens de mener le mode de vie qu’ils souhaitent plutôt que seulement sur l’argent dont ils auront besoin pour vivre », conclut-il.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.