A A A
Justice

Un pseudo-conseiller doit cesser sa sollicitation sur le web

4 février 2013 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le Bureau de décision et de révision (BDR) a prononcé des ordonnances interdisant à Pascal Lévesque d’agir à titre de conseiller en valeurs et de gestionnaire de fonds d’investissement. M. Lévesque proposait ses services par le biais d’annonces publiées sur internet, alors qu’il ne possédait aucune inscription.

Dans ses récentes annonces publicitaires sur le web, M. Lévesque se présentait comme un « ancien trader institutionnel », dirigeant maintenant sa « propre firme de placements ». Il sollicitait des investisseurs potentiels. Les publicités faisaient la promotion de placements avec « rendement garanti de 4 % et non garanti de 4 à 15 %, voir (sic) davantage ».

L’AMF a assigné un de ses enquêteurs à ce dossier afin d’obtenir des détails supplémentaires quant aux méthodes d’investissement proposées. En employant une identité fictive, l’enquêteur a appris que l’investissement en question était un « melting pot », soit un compte omnibus par l’entremise duquel, tel un fonds d’investissement, M. Lévesque recueillait l’argent de divers investisseurs pour transiger.

M. Lévesque aurait également demandé de produire un chèque certifié à son nom ou au nom de sa compagnie. Cette dernière n’est pas inscrite auprès du Registraire des entreprises du Québec.

M. Lévesque a reconnu ces faits et a acquiescé aux conclusions demandées par l’Autorité. Le BDR lui a également ordonné de retirer toute annonce de même nature ayant pu être publiée.

Attention, me pas confondre cette personne avec Pascal Lévesque (certificat no 121767) rattaché à Desjardins Sécurité Financière Investissements Inc. de Chicoutimi et Lévesque Finance Inc. de Baie-Comeau qui n’est pas visé par ces ordonnances.

 

Sur le même sujet 

Loading comments, please wait.