A A A
Certificat

Un Sherbrookois interdit de démarchage

24 mars 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

À la demande de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le Bureau de décision et de révision (BDR) a prononcé des ordonnances pour mettre fin aux activités illégales de sollicitation en matière de dérivés effectuées par André Gauthier et son entreprise, 9131-7156 Québec (« Molecule »), dont il est l’unique actionnaire.

Plus spécifiquement, le BDR leur interdit désormais toute activité de démarchage, directement ou indirectement, reliée à l’offre d’un dérivé, que ce soit par Internet ou par tout autre moyen de diffusion, puisqu’il s’agit d’une activité de courtier encadrée par l’Autorité pour laquelle ils ne détiennent aucune autorisation.

Le Bureau a également ordonné la fermeture du site molecule6.com, dont André Gauthier est l’actionnaire majoritaire, ou de tout autre site de même nature qui pourrait être en lien avec lui ou son entreprise.

Opérations sur une plate-forme suisse

Résidant à Sherbrooke, André Gauthier exerçait l’activité de courtier en dérivés, reliée au marché interbancaire mondial du Forex par l’entremise de molecule6.com.

Grâce à son site, il effectuait du démarchage et de la sollicitation pour réaliser des opérations sur des produits dérivés en utilisant la plate-forme électronique Dukascopy, une société helvétique qui permet à des particuliers d’effectuer des transactions sur le Forex tout en empochant une commission sur chacune de ces opérations.

Or, si cette société est bien agréée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA, en Suisse, elle n’est pas inscrite à titre de négociant en valeurs mobilières auprès de l’AMF.

« Faire de l’argent sans lever un doigt »

Selon l’enquête menée par l’Autorité, André Gauthier et Molecule ont ainsi recommandé à Dukascopy quelque 400 investisseurs, tant au Québec qu’à l’extérieur du  Canada, et ce, à partir de la province. Une opération qui, grâce au système de partage de commissions, aurait rapporté à l’intimé jusqu’à 2 500 dollars par mois, environ.

Pour appâter le chaland, l’homme d’affaires s’adressait aux investisseurs « fatigués des surprises et des pauvres résultats de la bourse », qui « souhaitent diversifier [leur] portefeuille de placement » ou à ceux qui n’ont « pas le temps ou le désir de maîtriser la spéculation du Forex ».

Et il leur faisait miroiter des résultats garantis et sans peine : « Vous voulez avoir accès à vos fonds en totalité ou en partie, et cela, en tout temps sans pénalité. […] En d’autres mots, vous voulez faire de l’argent sans lever un doigt en laissant le soin à des spéculateurs professionnels de faire le travail pour vous! Pas de problème, choisissez une des stratégies suivantes et contactez-nous… »

Mensonges aux enquêteurs de l’AMF

Circonstance aggravante, alors qu’il s’était engagé dans ces activités illégales depuis plusieurs années, André Gauthier a prétendu faussement aux enquêteurs de l’AMF qu’il s’était retiré de ce domaine en cessant la mise en ligne du site www.molecule6.com, comme le réclamait l’Autorité.

Or, l’enquête a révélé que, contrairement à ses affirmations, son site est toujours resté opérationnel et accessible aux épargnants demeurant à l’extérieur du Canada. De plus, il a continué à l’être également aux résidents du Québec et aux autres Canadiens utilisant une adresse IP étrangère.

Pour ces raisons, le BDR lui a interdit toute activité de démarchage, à lui et aux sites web ou sociétés qu’il pourrait contrôler.

En revanche, il a rejeté la demande de l’Autorité d’une pénalité administrative de 10 000 dollars à son encontre (celle-ci l’accusait de lui avoir fourni de fausses informations pour tenter d’entraver son enquête).

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.