A A A
Argent

Un tiers des Canadiens paient leurs dettes avec les remboursements d’impôt

7 mai 2014 | Rémi Maillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Plus du tiers des Canadiens (37 %) qui escomptent recevoir un remboursements d’impôt cette année s’en serviront pour payer des factures ou réduire l’ensemble de leurs dettes, révèle un sondage en ligne mené pour le compte de BMO Nesbitt Burns.

Effectuée par la firme Pollara du 14 au 17 mars auprès d’un échantillon de 1007 personnes « d’un océan à l’autre », cette enquête montre que les Canadiens prévoient aussi utiliser leurs remboursements d’impôt, en totalité ou en partie, de la façon suivante :

  • épargner ou investir (28 %);
  • voyager ou acheter des articles de loisir (13 %);
  • effectuer des rénovations dans leur maison (11 %);
  • rembourser leur hypothèque (9 %);
  • faire un don caritatif (3 %).

Selon l’Agence du revenu du Canada, le montant reçu pour remboursement d’impôt des particuliers a été en moyenne de 1641 $ l’an dernier.

Comment bien utiliser les remboursements d’impôt?

BMO propose par ailleurs quelques conseils pour aider vos clients à utiliser au mieux leur remboursement d’impôt.

Par exemple, qu’ils en reversent une partie dans leur Régime enregistré d’épargne-retraite, et ce, sans attendre la date limite en 2015. Ainsi, ils pourront profiter de près d’une année de croissance supplémentaire de ce placement à l’abri de l’impôt.

La banque leur suggère aussi de rembourser les soldes sur leurs cartes de crédit, en commençant par celles qui ont le taux d’intérêt le plus élevé. Ou encore d’effectuer un versement forfaitaire sur leur prêt hypothécaire. En effet, appliquée directement à leur capital, cette opération pourrait leur faire épargner des sommes importantes en frais d’intérêt sur la durée de leur prêt hypothécaire.

BMO souligne également que le fait d’avoir de l’argent de côté en cas d’urgence constitue une bonne stratégie financière. La règle de base? Disposer d’au moins trois mois de salaire à titre de coussin de sécurité, et même six mois dans le cas d’un travailleur autonome.

Mais attention, recommande l’institution financière : ces fonds doivent être conservés en dehors du compte quotidien, par exemple dans un compte d’épargne à taux d’intérêt élevé, et être facilement accessibles.

Loading comments, please wait.