A A A
Économie

Banques : un vent d’optimisme stoppé à la frontière?

28 avril 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les rendements ternes enregistrés par le milieu bancaire américain au dernier trimestre laisseraient peu d’espoir au « Big6 » canadien, selon John Aiken, analyste chez Barclays Marché des capitaux.

Dans une note adressée à ses clients et rapportée par le Financial Post, il invite les six grandes banques canadiennes RBC, TD, BMO, CIBC, Banque Scotia et Banque Nationale à ne pas se faire d’illusions pour les prochains mois.

Selon lui, dans un contexte où le « Big6 » a réalisé des gains importants au cours du dernier trimestre dans le marché des capitaux, les quelques facteurs qui alimentent présentement les bénéfices nets des banques américaines, dont la croissance du RPA, « ne devraient pas traverser au nord de la frontière. »

Bien que les rendements bancaires américains aient récemment bénéficié de bons revenus de négociation et d’un contrôle des coûts efficient, l’analyste estime que 75 % des institutions ayant produit leur déclaration d’opérations enregistrent une baisse séquentielle des revenus nets d’intérêts. Un tiers d’entre elles auraient aussi rapporté des seuils de provision plus élevés pour couvrir les pertes de crédit.

L’impact de la période des déclarations

La présente période de déclaration de revenus aurait un impact sur la performance des actions des banques par rapport à celles des institutions canadiennes qui, rapporte John Aiken, auront tout de même sous-performé d’environ 300 points au cours de la dernière année.

« Bien que les résultats moroses du premier trimestre aient pu avoir une incidence positive sur le milieu bancaire canadien, nous croyons qu’il sera de courte durée », souligne Aiken.

Ce dernier croit également que le contexte d’austérité, la surabondance de pétrole et les prévisions de croissance positives de l’économie américaine à moyen terme devraient permettre aux banques états-uniennes de poursuivre leur surperformance au cours de la prochaine année.

La rédaction vous recommande : 

Loading comments, please wait.