A A A
Économie

Une année de grandes fluctuations pour le marché des PAPE

3 octobre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le marché canadien des premiers appels publics à l’épargne (PAPE) enregistre une légère baisse au troisième trimestre, a indiqué un sondage de la firme PricewaterhouseCoopers (PwC).

Les bourses canadiennes n’ont recensé que cinq nouvelles émissions, soit un volume identique de nouvelles actions émises pour le trimestre précédent, un chiffre insuffisant pour ramener 2014 aux niveaux enregistrés en 2013.

Ce recul avait même suscité un quasi-effondrement en début d’année 2014.

PwC a indiqué que deux nouvelles entrées à la Bourse de Toronto et trois PAPE à la Bourse de croissance TSX ont permis d’amasser un total de plus de 531 M$ au troisième trimestre, soit deux PAPE de moins qu’il y a un an, alors que sept nouveaux placements avaient permis de recueillir 802 M$.

Pour les trois premiers trimestres de 2014, plus de 2,6 G$ ont été générés par de nouvelles entrées en Bourse, par rapport à 2,7 G$ pour l’année 2013.

Le plus important PAPE du trimestre fut le lancement de la société pétrolière et gazière Northern Blizzard Resources, à la Bourse de Toronto, qui a généré 500 M$.

Avis d’expert

« Nous pourrions y voir une bonne et une mauvaise nouvelle. Je m’explique. Le volume important des émissions réalisées dans le passé a été remplacé par des émissions moins nombreuses, mais dont les montants sont plus importants. Une telle situation ne peut nous permettre de douter de la qualité des rares émissions en Bourse, mais nous pouvons cependant être préoccupés par leur faible nombre », a commenté Christophe Gautier, chef des services-conseils en marchés financiers et en comptabilité à PwC Montréal.

« Dans le secteur pétrolier et gazier, il y a eu quatre nouvelles émissions cette année, contre une seule l’an dernier, ce qui porte à croire que ce secteur a remplacé celui des fiducies de placement immobilier comme moteur du marché. C’est une bonne chose pour le Canada; toutefois, un marché plus vaste et des émissions provenant de divers secteurs seraient plus rassurants », poursuit-il.

Selon M. Gautier, « il n’est pas inhabituel de voir le marché des PAPE ne reposer que sur un secteur ». Il cite ainsi les États-Unis, où le secteur des technologies a généré des PAPE en 2014, alors qu’en Europe et à Hong Kong, ceux-ci ont eu tendance à émerger du secteur des produits de consommation. « Par contre, l’impulsion de l’intense activité des PAPE dans le secteur des technologies aux États-Unis ne se fait toujours pas sentir au Canada », note M. Gautier.

Conclusion : « La sortie du secteur minier de la Bourse de croissance TSX a laissé un vide qui pourrait être rempli par des sociétés des secteurs des technologies médicales et des soins de santé, explique Christophe Gautier, et ce sont justement des secteurs auxquels un financement de début de croissance par les marchés publics pourrait donner une forte impulsion. »

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.