A A A
Établissements

Une banque verse 3 G$ de primes à ses employés

12 mars 2018 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Argent_cadeaux_425Alors que la Deutsche Bank a été déficitaire l’an dernier, elle s’apprête à verser à ses employés l’équivalent de plus de trois milliards de dollars canadiens de primes. 

La première banque allemande a en effet annoncé dimanche que le budget alloué à ce poste serait supérieur à deux milliards d’euros (plus de 3,1 G$ CA) au titre de l’exercice 2017.

Sévèrement critiqué par l’opinion publique et par plusieurs élus et dirigeants politiques pour avoir voulu verser plus d’un milliard d’euros de bonis et de primes à ses hauts dirigeants malgré trois pertes annuelles consécutives, l’établissement indique vouloir ainsi « fidéliser son personnel », rapporte Capital.

« INVESTISSEMENT EXCEPTIONNEL »

Les membres de la haute direction de l’institution financière ont en revanche partiellement cédé aux pressions et décidé de renoncer à leur prime annuelle. « La partie variable des rémunérations pour l’ensemble de la banque sera légèrement supérieure à deux milliards d’euros », a indiqué Karl von Rohr, l’un des 12 membres du directoire.

Cette enveloppe « dépasse largement les 546 millions d’euros versés pour 2016 » (862 M$ CA), souligne Capital, qui note qu’en 2015, les primes avaient atteint un total de 2,4 milliards d’euros (3,8 G$ CA). Le magazine économique rappelle aussi que la banque avait fortement réduit ses bonis en 2016 à la suite de rumeurs qu’elle pourrait devoir être renflouée par l’État allemand.

Pour justifier le versement de ces primes élevées, le président du directoire de la Deutsche Bank, John Cryan, avait récemment déclaré que l’établissement envisageait de faire un « investissement exceptionnel » pour conserver son personnel. Il avait en outre précisé que les bonis attribués pour 2018 seraient liés à la performance.

FUSION PROCHAINE AVEC POSTBANK

Ces annonces ont d’autant plus fait réagir l’opinion publique allemande que la banque envisage de supprimer jusqu’à 6 000 postes dans le cadre de sa politique de réduction de ses effectifs et de sa fusion prochaine avec sa filiale Postbank, rapporte l’Agence France-Presse.

« Au cours des quatre prochaines années, 1 500 salariés devront chaque année quitter l’entreprise par le biais de programmes de départs volontaires ou en raison des fluctuations naturelles », ont annoncé dimanche certains médias allemands, citant des sources « proches du milieu bancaire ». Au total, ce sont donc quelque 6 000 emplois qui sont concernés, soit un cinquième des 30 000 employés du groupe bancaire.

Contactée par l’AFP, une source proche de Deutsche Bank a refusé de confirmer ou d’infirmer ces chiffres. « Nous ne donnons ni ne commentons aucun chiffre avant d’avoir un projet discuté et décidé avec les partenaires sociaux », a simplement commenté l’un de ses porte-parole dans un communiqué.

La rédaction vous recommande : 

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000